Mozilla.svg

Vie de Benjamin Franklin/Volume 1/03

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
F. Buisson (Ip. 291-302).

C O D I C I L E.

Moi, Benjamin Franklin, après avoir considéré le testament précédent, ci-joint, je crois à propos d’y ajouter le présent codicile.

L’un de mes anciens et invariables principes politiques, est que, dans un état démocratique, il ne doit point y avoir d’emploi lucratif, par les raisons détaillées dans un article que j’ai rédigé dans notre constitution ; et lorsque j’ai accepté la place de président, mon intention a été d’en consacrer les honoraires à l’utilité publique. En conséquence, j’ai déjà légué, par mon testament du mois de juillet dernier, des sommes considérables aux collèges, et pour construire des églises. J’ai, de plus, donné deux mille livres sterlings à l’état de Pensylvanie, pour être employées à rendre le Skuylkil navigable. Mais apprenant depuis, que cette somme est très-insuffisante pour un pareil ouvrage, et que vraisemblablement l’entreprise n’aura pas lieu de longtemps, j’ai conçu une autre idée, que je crois d’une utilité plus étendue. Je révoque donc et annule le legs qui devoit servir aux travaux du Skuylkil ; et je désire qu’une partie des certificats, que j’ai pour ce qui m’est redû de mes honoraires de président, soit vendue pour produire deux mille livres sterlings, dont on disposera, comme je vais l’expliquer.

L’on pense que celui qui reçoit un bien de ses ancêtres, est, en quelque sorte, obligé de le transmettre à ses descendans. Certes, je ne suis point dans cette obligation, moi, à qui mes ancêtres ni aucun de mes parens n’ont jamais laissé un schelling d’héritage. J’observe ceci, pour que ma famille ne trouve pas mauvais que je fasse quelques legs, qui ne sont pas uniquement à son profit.

Né à Boston, dans la Nouvelle-Angleterre, je dois mes premières connoissances en littérature aux libres écoles de grammaire de cette ville : aussi ne les ai-je point oubliées dans mon testament.

Mais j’ai également des obligations à l’état de Massachusett, qui, sans que je l’aie demandé, m’a nommé son agent, pendant plusieurs années, et m’a accordé en conséquence des honoraires assez considérables. Quoiqu’en servant cet état, et en lui transmettant les lettres du gouverneur Hutchinson, j’aie perdu plus qu’il ne m’a jamais donné, je ne pense pas lui devoir moins de reconnoissance.

J’ai observé que parmi les artisans, les bons apprentis devenoient ordinairement de bons citoyens. J’ai moi-même, dans ma ville natale, commencé par apprendre le métier d’imprimeur ; et ensuite j’ai eu la facilité de m’établir à Philadelphie, parce que deux amis m’ont prêté de l’argent, qui a été la base de ma fortune, et la cause de tout ce que j’ai pu faire d’utile dans le cours de ma vie. — Je désire de pouvoir être encore de quelqu’utilité après ma mort, en formant et soutenant des jeunes gens, qui rendent service à leur pays, dans les deux villes que je viens de nommer.

Je donne donc en dépôt mille livres sterlings aux babitans de Boston, dans l’état de Massachusett, et mille livres sterlings à ceux de Philadelphie, afin que ces sommes soient employées de la manière suivante.

Si les babitans de Boston acceptent les mille livres sterlings, elles seront confiées aux élus de cette ville et aux ministres de l’ancienne congrégation épiscopale et presbytérienne ; et ces administrateurs en feront des prêts à cinq pour cent d’intérêt par an, à de jeunes artisans mariés, lesquels seront âgés de vingt-cinq ans, et auront appris leur métier dans la ville, et rempli fidèlement les obligations spécifiées dans leur contrat d’apprentissage, de manière à mériter qu’au moins deux citoyens respectables répondent de l’honnêteté de leur caractère, et leur servent de caution, pour le paiement de la somme qu’on leur prêtera, ainsi que des intérêts, avec les conditions ci-après spécifiées.

Le montant de tous les billets sera payable en piastres espagnoles cordonnées, ou en monnoie d’or courante ; et les administrateurs tiendront un livre, ou des livres, où seront inscrits les noms de ceux qui profiteront de l’avantage de cette institution, ainsi que les noms de ceux qui leur serviront de caution, avec les sommes qui leur seront prêtées, les dates et tout ce qui y aura rapport. Comme ces prêts sont destinés à faciliter l’établissement des jeunes ouvriers qui se marieront, il faut que les administrateurs ne prêtent à une même personne ni plus de soixante livres sterlings, ni moins de quinze.

Et si le nombre de ceux qui feront des demandes étoit si considérable, que le legs ne suffit pas pour donner à tous ce qui leur seroit nécessaire, on fera une diminution générale, pour que chacun reçoive quelque secours.

Ces secours seront d’abord de peu de conséquence ; mais à mesure que le capital grossira par l’accumulation des intérêts, ils deviendront plus considérables. Afin qu’on les multiplie, autant qu’il sera possible, et qu’on en rende le remboursement plus aisé, il faut que chaque emprunteur soit obligé de payer avec l’intérêt annuel, un dixième du principal ; et le montant de cet intérêt et de ce principal sera prêté à de nouveaux emprunteurs.

Il est à croire qu’il y aura toujours à Boston des citoyens vertueux et bien-faisans, qui s’empresseront de consacrer une partie de leur temps à l’utilité publique, en administrant gratuitement cette institution. On doit aussi espérer qu’aucune partie de la somme ne restera jamais oisive, ni ne sera employée à d’autre objet que celui de sa destination première ; mais bien qu’elle augmentera continuellement. Ainsi, il viendra un temps où elle sera plus considérable qu’il ne le faudra pour Boston ; et alors, on pourra en prêter aux autres villes de l’état de Massachusett, pourvu qu’elles s’engagent à payer ponctuellement les intérêts, et à rembourser, chaque année, un dixième du principal aux habitans de Boston.

Si ce plan est exécuté et réussit, la somme s’élèvera, au bout de cent ans, à cent trente-un mille livres sterlings. Je désire qu’alors les administrateurs de la donation emploient cent mille livres sterlings à faire construire les ouvrages publics qu’on croira les plus généralement utiles, comme des fortifications, des ponts, des aqueducs, des bains publics ; à payer les rues, et à tout ce qui peut rendre le séjour de la ville plus agréable aux habitans et aux étrangers qui viendront pour y rétablir leur santé, ou y passer quelque temps.

Je désire que les autres trente-un mille livres sterlings, soient prêtées à intérêt, de la manière ci-dessus prescrite, pendant cent ans encore ; et j’espère qu’alors cette institution aura heureusement influé sur la conduite de la jeunesse, et aidé plusieurs estimables et utiles citoyens.

À la fin de ce second terme, s’il n’est arrivé aucun accident, la somme s’élèvera à quatre millions soixante-un mille livres sterlings, dont je laisse un million soixante-un mille livres sterlings à la disposition des habitans de Boston, et trois millions sterlings à la disposition du gouvernement de l’état de Massachusett, car je n’ose pas porter mes vues plus loin.

Je désire qu’on observe, pour le don que je fais aux habitans de Philadelphie, ce que je viens de recommander pour celui qui concerne les habitans de Boston. Il ne doit y avoir qu’une seule différence : c’est que comme Philadelphie a un corps administratif, je le prie de se charger de ma donation, pour en faire l’usage expliqué plus haut ; et je lui donne tous les pouvoirs nécessaires à cet égard, — J’ai observé que le sol de la ville étant pavé ou couvert de maisons, la pluie étoit chariée loin, et ne pouvoit point pénétrer dans la terre, et renouveler et purifier les sources, ce qui est cause que l’eau des puits devient chaque jour plus mauvaise, et finira par ne pouvoir plus être bonne à boire, ainsi que je l’ai vu dans toutes les anciennes villes. Je recommande donc qu’au bout de cent ans, le corps administratif emploie une partie des cent mille livres sterlings, à faire conduire à Philadelphie, par le moyen de tuyaux, l’eau de Wissahickon-Creek[1], à moins que cela ne soit déjà fait. L’entreprise est, je crois, aisée, puisque la crique est beaucoup plus élevée que la ville, et qu’on peut y faire monter l’eau encore plus haut, en construisant une digue.

Je recommande aussi de rendre le Skuylkil entièrement navigable. Je désire que dans deux cents ans, à compter du jour où l’institution commencera, la disposition des quatre millions soixante-un mille livres sterlings soit partagée entre les habitans de Philadelphie et le gouvernement de Pensylvanie, de la même manière que je l’ai indiqué pour les habitans de Boston et le gouvernement de Massachusett.

Je désire que ces institutions commencent un an après ma mort. On aura soin d’en donner publiquement avis avant la fin de l’année, pour que ceux au bénéfice de qui elles sont, aient le temps de faire leurs demandes en forme. — Je désire donc que dans six mois, à compter du jour de mon décès, mes exécuteurs testamentaires, ou leurs successeurs, paient deux mille livres sterlings aux personnes que nommeront les élus de Boston et le corps administratif de Philadelphie, pour recevoir les mille livres sterlings qui reviendront à chacune de ces villes.

Quand je considère les accidens auxquels sont sujets tous les projets et toutes les affaires des hommes, je crains de m’être trop flatté en imaginant que ces dispositions, si tant est qu’elles soient suivies, continuent sans interruption, et remplissent leur objet. Cependant, j’espère que si les habitans de Boston et de Philadelphie, ne jugent pas à propos de se charger de l’exécution de mon projet, ils daigneront, au moins, accepter les donations, comme une marque de mon attachement, de ma gratitude, et du désir que j’ai de leur être utile, même après ma mort.

Certes, je désire que l’une et l’autre entreprennent de former l’établissement que j’ai conçu, parce que je pense que, quoiqu’il puisse s’élever des difficultés imprévues, on peut trouver le moyen de les vaincre, et de rendre le plan praticable.

Si l’une des deux villes accepte le don avec les conditions prescrites, et que l’autre refuse de remplir les conditions, je veux alors que les deux sommes soient données à celle qui aura accepté les conditions, pour que le tout soit appliqué au même objet et de la même manière que je l’ai dit, pour chaque partie. Si les deux villes refusent la somme que je leur offre, elle restera dans la masse de mes biens, et l’on en disposera conformément à mon testament du 17 juillet 1788.

Je lègue au général George Washington, mon ami, et l’ami de l’humanité, le bâton de pommier sauvage dont je me sers pour me promener, et sur lequel il y a une pomme d’or, artistement travaillée, représentant le bonnet de la Liberté. Si ce bâton étoit un sceptre, il conviendrait à Washington, car il l’a mérité.

B. Franklin.

  1. La crique de Wissahickon.