75%.png

Voyage aux Indes orientales et à la Chine/Livre IV/01

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄   I Chap. II   ►


Sonnerat - Voyages aux Indes II Détail 1 page 1.jpg


VOYAGE
AUX INDES ORIENTALES
ET A LA CHINE.


Sonnerat - Voyages aux Indes II Détail 2 page 1.jpg


LIVRE QUATRIÉME.
[modifier]

Observations sur la Chine, le Royaume de Pégû, Madagascar, les Isles de France & de Bourbon, le Cap de Bonne-Espérance, Céylan, les Maldives, Malacca, les Philippines & les Moluques.


Sonnerat - Voyages aux Indes II Détail 1 page 80.jpg


CHAPITRE PREMIER
De la Chine.
[modifier]


Le titre de ce Chapitre annonce aux Lecteurs une répétition fastidieuse de louanges ou un ordre de vérités qui doit le remplir d’événemens. Un Peuple que nous n’osons nommer qu’avec respect, dont on ne cite les loix qu’avec éloge, & les mœurs qu’avec admiration, mérite plus qu’aucun autre l’attention de l’Observateur & l’examen du Philosophe.

Placé à quatre mille lieues des plages Européennes, les Chinois n’ont été connu dans l’Occident que par les relations édifiantes des Missionnaires ; ces hommes que le desir de rendre éternellement heureuses des Nations idolâtres où le besoin inquiet de se transporter dans des pays inconnus, pour y annoncer des vérités effrayantes, ont fait renoncer à leur patrie & à ses douceurs, n’ont pas été entièrement désintéressés : pour compensation des fatigues, & pour dédommagement des persécutions auxquelles ils s’exposoient, ils ont envisagé la gloire d’envoyer à leurs compatriotes des relations étonnantes, & des peintures d’un peuple digne d’admiration. On sait d’ailleurs que cette classe d’Européens borne ses connaissances aux vaines subtilités de la scholastique, & (ce qui nous importe davantage dans la question présente) à des élémens de morale subordonnés aux loix de l’Évangile, & aux vérités révélées.

Ces reproches cependant ne peuvent regarder les Jésuites ; en nous représentant les Chinois sous le jour le plus favorable, & en les peignant avec les couleurs les plus vives, ils avoient un autre intérêt ; dans ce corps à jamais célébre, on avoit su réunir les extrêmes. A une vie exemplaire, à une piété tendre & affectueuse, à l’étude des sciences, ils joignoient un relâchement de morale commode pour les conversions apparentes, une politique profonde qui rapportoit tout à sa propre gloire, & une réunion de moyens capables de donner des fers à l’univers entier. Ne pouvant conquérir le globe par la voie des armes, les Jésuites avoient résolu de l’asservir au nom de l’Éternel ; c’est pourquoi ils ne cessoient d’exalter l’avantage des Théocraties, sous l’emblême desquelles ils vouloient déguiser leur despotisme sacré, image du gouvernement qu’ils bruloient d’établir dans toutes les contrées.

Les Chinois devant servir de base à leur système, il falloit qu’ils représentassent le despote qui les gouvernoit, comme un Prince jouissant d’une autorité sacrée & absolue sur des peuples innombrables, & cachant sa politique & ses décrets sous un voile impénétrable au vulgaire : ils devoient présenter en même-tems les Chinois comme un peuple doux, humain, heureux & satisfait sous la conduite d’un tel père, habile dans l’agriculture, le commerce & les arts, régis par des loix sages, & dans la position morale & civile que tous les hommes doivent ambitionner.

Leurs relations ont annoncé des travaux dont l’étendue étonne l’esprit humain ; à peine avons-nous une seule histoire générale du pays que nous habitons, & l’on nous en offre une de l’empire de la Chine, qu’un Jésuite prétend avoir traduite de l’original sur les lieux mêmes. Cette précaution est admirable sans doute, & décéle une profondeur de vûes étonnantes, puisque l’histoire exerce sur la crédulité un pouvoir avoué par la raison, & qu’elle en impose par la chaîne des dates & la vraisemblance des détails, puisque c’est enfin dans l’histoire seule que le sage peut étudier les hommes.

Toutes les circonstances favorisoient les Jésuites ; eux seuls avoient vaincu les obstacles qui s’opposoient à toute communication avec les Étrangers, & avoient pénétré jusqu’à Pékin.

Leurs relations paroissoient ensevelies dans l’oubli en même-tems que leur influence a été détruite, lorsque une classe d’hommes appelés en France les Économistes, occupés de calculs sur la subsistance des peuples, a fait revivre des ses leçons agronomiques, les fables que les Jésuites avoient débitées sur le commerce & le gouvernement des Chinois. Le jour où l’Empereur descend de son trône jusqu’à la charrue, a été célébré des tous les écrits ; ils ont préconisé cette vaine cérémonie aussi frivole que le culte rendu par les Grecs à Cérès, & qui n’empêche pas que des milliers de Chinois ne meurent de faim, ou n’exposent leurs enfans, par l’impuissance où ils sont de pourvoir à leur subsistance.

Les Économistes se faisoient un titre de cette Comédie politique, pour blâmer les Souverains de l’Europe, qui partagent leur protection entre le commerce & l’agriculture. Ils demandent hardiement à quoi servent les colonies, le commerce maritime, les voyages lointains, & recueillent avidemment les mensonges des voyageurs, quand ils favorisent tant soit peu leurs idées. Ils ne comprennent pas qu’un terrain quelqu’étendu qu’il soit peut porter plus d’hommes qu’il n’en peut nourrir ; qu’il est plus aisé de faire naître un enfant, que d’assurer sa nourriture, & que la population sans le commerce, est une vraie surcharge à un État : le commerce seul peut réparer les inégalités de la population, & des productions de la terre ; & le peuple le plus commerçant & le plus maritime, est non-seulement le plus assuré de sa subsistance, mais il tient dans ses mains celle des autres Nations.

Je ne serai point partial en parlant de la Chine ; je retracerai simplement ce que j’ai vu, ce que m’ont raconté les Chinois eux-mêmes, & ce qu’ils ont pu m’apprendre par leurs traditions.

Les entraves que les Chinois mettent à toute liaison suivie entre eux et les étrangers, n'ont certainement d'autre cause que le sentiment de leur propre foiblesse ; s'ils eussent laissé établir les Européens parmi eux, ils n'auroient pas tardé à susciter par leur caractère méfiant & inquiet, des querelles qu'un petit nombre de ces hommes robustes & fiers auroit facilement terminées & prévenues pour jamais. Le gouvernement Chinois, comme celui de tous les peuples esclaves, est trop vicieux pour se rendre respectable par ses propres forces. Il ne paroit pas même s'en être jamais occupé ; & s'il ne le fait pas, ne doit-on pas en conclure que c'est par foiblesse ou impuissance ? Quant à ses lumières, à ses vertus, on sait qu'elles sont ordinairement les connoissances & les mœurs d'un peuple emprisonné par la politique dont on lui fait un mystère, tremblant sous les loix qu'il ignore & qui ne sont connues que des seuls lettrés, & frémissant à l'aspect du pouvoir dont il est forcé d'adorer le principe.

Je n'examinerai point si la Chine fut peuplée par une colonie Indienne ; mais je puis assurer hardiment qu'après les boulversemens qu'essuya la terre, ce pays, coupé d'une infinité de rivières & de marécages, ne pût sans doute devenir habitable que long-tems après l'Inde & la Perse. La situation de ces derniers pays, favorisoit l'écoulement des eaux, tandis que l'autre n'a pu commencer à se dessécher qu'après une suite très-longue de siècles & d'années.

Il paroît que les premiers chefs élus par les Chinois, les gouvernèrent en pères de famille, & n'étoient ni Empereurs ni despotes ; mais insensiblement ils s'accoutumèrent à regarder le dépôt de la puissance comme une propriété personnelle. Aux sages loix de la Nature, ils en substituèrent d'arbitraires, & depuis plusieurs siécles on ne les approchent qu'avec crainte. Pour en imposer, ils éblouirent le peuple par leur magnificence, & se firent adorer comme fils de Dieu ; c'est par cette raison que l'Empereur est le grand Patriarche de la Nation, & le seul Juge des différends en matière de religion.

Il fallut des armées et des gardes pour conserver le pouvoir suprême toujours menacé par des rebelles qu'on traitoit de barbares & de sauvages, parde qu'ils vouloient un protecteur & non pas un Roi. Les revenus n'étant pas assez considérables, on multiplia les impôts & les taxes ; c'est ainsi que le peuple malheureux de la puissance d'un seul homme, perdit ses mœurs & son génie primitif pour tomber dans l'avilissement & l'opression. Si nous remontons à l'origine des autres Nations, nous trouverons souvent la même série d'événemens : la tyrannie au berceau s'annonce sous les dehors de la bienveillance, on ne la reconnoît que quand on ne peut plus s'en garantir.

Avant que la rivière de Canton fut connue, & que les vaisseaux Européens abordassent à la Chine, les caravanes alloient chercher les productions du sol & de l'industrie, pour les distribuer ensuite dans toute l'Europe ; elles en retiroient des profits considérables, & l'on trafiqua de cette manière jusqu'à ce que les Portugais, maîtres de l'Inde, virent la necessité de fonder le commerce maritime de la Chine : c'est en 1518 que leurs premiers bâtimens mouillèrent à Canton ; à cette époque, cette Province étoit infestée par des brigands qui, placés à l'entrée de la rivière sur des isles appelées aujourd'hui Isles des Larrons, sortoient de leur retraite, pour enlever les vaisseaux Chinois : ceux-ci foibles & lâches n’osoient plus quitter leurs ports, ni combattre une poignée d’hommes qu’une vie dure rendoient entreprenans ; ils se contentoient de les appeller Sauvages, & il fallut qu'une Nation Européenne leur apprit que ces Sauvages n’étoient point invincibles.

Intéressés à les détruire, les Portugais voulurent s’en faire un mérite auprès des Chinois. Ils offrirent leurs services, qu’on s’empressa d’accepter. Les Chinois armèrent conjointement avec eux, se réservant seulement de n’être que simples spectateurs. Les Portugais gagnèrent bataille sur bataille, & purgèrent enfin le pays de ces brigands si redoutés. Pour prix de leurs victoires, ils obtinrent une petite isle séche & aride, à l'entrée de la rivière de Canton, où ils bâtirent Maccao : ils eurent aussi de très-beaux priviléges dont ils ont été privés dans la suite. On leur a laissé Macao, mais les Chinois ont élevé un fort qui commande la ville & la citadelle Portugaises &, à la moindre plainte on leur intercepte les vivres.

Les Hollandois après s'être emparé de tout le commerce de l’Inde, voulurent en établir un solide à la Chine ; ils demandèrent un terrain qui leur fut accordé pour y bâtir une loge, mais ils y construire un fort qui seroit bientôt devenu redoutable, s’il eût été facile d’y faire entrer des canons. La présence des Mandarins aux déchargemens, ne rendoit pas l’exécution aisée ; cependant ils se décidèrent à en débarquer dans de grande futailles. L’une de ces piéces creva sous le Palan & découvrit leur ruse ; la même nuit leurs vaisseaux furent brulés, la loge dont on voit encore les ruines, fut démolie, & le commerce interdit à la Nation Hollandoise : ce n’est qu’à force de présens & de prières qu’elle est par venue à le rétablir plusieurs années après cette époque.

Lorsqu’à l’exemple des Portugais les autres Nations Européennes tentèrent de faire le commerce de la Chine, les Chinois convaincus de leur foiblesse, virent la necessité d’établir un ordre qui contient des Étrangers avides de leurs productions ; sans cet arrangement, une seule poignée d’homme pouvoit détruire leurs bâtimens, brûler leur villes, & les réduire à la misère, en leur fermant le débouché des objets qu’ils portent à Canton à grands frais.

Les vaisseaux qui vont à la Chine sont obligés de mouiller à Macao, & d’attendre le Pilote qui doit les remonter. Il apporte avec lui leur chappe (a), ensuite il adore & consulte son Pouffa (b), puis il fait lever l’ancre, & l'on entre dans la rivière. Après avoir fait quinze lieues, on prend celle du Tigre, nom qui lui fut donné, parce qu’on crut appercevoir certaine ressemblance entre la gueule de cet animal, & la forme d’une des isle située à son embouchure. Un fort élevé des deux côtés en défend l’entrée. Là un Douanier se présente, suivi de deux ou trois soldats qui restent à bord à la charge du bâtiment, jusqu’à ce qu’il mouille à Wampou. Les deux rives que l’on cotoye, fertilisées par mille ruisseaux, sont ensemencées de riz. Quelques habitations éparses, que les montagnes brûlées font ressortir à la vûe offrent un coup d'œil pitoresque, mais on est affligé de voir le terrain le plus propre à la culture couvert de tombeaux, dont chacun remplit une espace les bijoux & les curiosités qu’on veut vendre. Les Hanistes sont obligés d’acheter tout ce qui paroît lui faire plaisir à quelque prix que ce soit & de lui en faire présent ; de pareilles journées leurs coutent quelquefois cinquante mille piastres. En partant il donne au Capitaine une paire de bœufs, deux sacs de farine, & quatre grandes bouteilles de graie de Samsou (a) ; & quand il s’éloigne, on le salue encore de onze coups de canon.

Le chargement des vaisseaux se fait dans de grands bateaux, qu’on appelle bateaux de charge ; ils peuvent porter de dix à quinze tonneaux. Le Fiador inscrit tous les objets sur une liste qu’il fait passer à l’Opeou ; ce dernier la vise, & la remet au Douanier qu’il nomme pour aller chapper les marchandises qui doivent être embarquées. Ce Douanier se rend le lendemain à la loge avec une troupe d’écrivains ; & comme le Marchand paie ordinairement les droits de tout ce qu’il vend, il marque sur chaque caisse ou ballot ce qu’il contient avec sa signature : quand le Marchand est connu, on examine seulement si les caisses n’ont pas été ouvertes pour changer les effets qu’il a déclarés, & on met sur chacune une empreinte qu’on appelle la Chappe. Après cette opération, elles sont embarquées ; quand le Douanier le juge à propos, il fait ouvrir plusieurs caisses, pour voir si elles contiennent réellement les choses qu’on a désignées ; il arrive souvent qu’on n’en ouvre pas une seule. On remet la facture de la cargaison au Patron du bateau qui doit la faire viser aux quatre Douanes devant lesquelles on passe pour aller à Wampou, mais il est hors d’exemple qu’elles ouvrent les caisses, quoiqu’elles en aient le droit. Elles se bornent à vérifier si le nombre en est le même, & si la chappe est exactement sur chacune ; quand le bateau arrive le long du vaisseau, plusieurs Douaniers assistent toujours au déchargement.

Canton est situé sur la rivière du Tigre[1], à trente lieues

Pl. LXXXI

des bords de la mer, & à trois lieues de Wampou. Les canaux dispersés de toute part forment jusqu’à la mer des milliers d'iles & d'ilots ; la marée remonte jusqu’à Canton, & l’on est obligé pour faire de l’eau d’envoyer des chaloupes à basse marée, à deux lieues au-dessus de cette ville. Sa situation & la beauté de son port, regardé comme un des meilleurs de la Chine, l’ont rendu l’entrepôt de tous les bâtimens Chinois qui vont à Hainam, au Japon, à Formose, à la Cochinchine, à Manille, à Malacca & à Batavia. Les Européens y attirent des Négocians de toutes les provinces de ce vaste empire, parce qu’ils sont les seuls qui y portent de l’argent ; les autres Nations n’y commercent que par échange : aussi dès qu’ils en sont partis, ces mêmes Négocians se retirent ; ceux qui ne retournent pas dans leur province, s’établissent dans la ville Tartare, qui n’est séparée que par un mauvais mur de celle de Canton.

La province est gouvernée par un Viceroi qu’on appelle Somptok ; il ne peut rien entreprendre sans l’aveu de son Conseil, composé de deux Mandarins nommés par l’Empereur. Mais après avoir pris leur consentement, il est absolu dans l’exécution de son pouvoir.

Canton est fort vaste, mais très-mal bâti ; les rues en sont


Planche 81 - Vüe de la ville de Canton.

étroites et mal propres ; elle ne sont pas alignées comme on l’a prétendu. Cette régularité choqueroit le génie & la superstition chinoise. Les seules qu’on y trouve dans ce genre, sont la rue Marchande, appellée par les Européens rue de la Porcelaine, & celle des Bonetiers. Aussi les Chinois y vendent pendant la journée, mais ils se gardent bien d’y loger en famille, parce que n’étant point bâties selon leur idée, ils regarderoient le choix d’un pareil domicile comme une cause de malheur.

Les autres rues forment une espéce de mosaïque plus ou moins considérable, parce qu’un Chinois pour avoir plus de bonheur que son voisin, avance sa maison sur la rue au moins d’un pied, & souvent de deux ou trois, ce qui forme une irrégularité choquante. Au lieu de ces colonnes dorées dont le Père le Comte nous donne la description, on ne trouve que deux mauvais pilastres bruts peints en brun, & destinés à soutenir une petite charpente qui donne de l’ombrage dans la boutique : le dessus de la porte offre un grand écriteau noir sur lequel on trace en jaune ou en lettres d’or le nom & le commerce du propriétaire. La ville est distribuée en plusieurs quartiers séparés par de mauvaises barrières qu’on ferme tous les soirs à neuf ou dix heures, alors toute communication est interdite ; il faut être bien connu pour se faire ouvrir. Si dans le jour quelqu’Européen veut sortir de la ville, à la dernière barrière on lui donne un soldat pour l’accompagner & l’épier ; il le garantit des huées de la populace, sur-tout des enfans, moyennant quelque chose qu’on lui donne en rentrant.

Les maisons sont composées de cinq ou six angards placés les uns à la suite des autres, & séparés par de grandes cours dans lesquelles on entre le plus souvent par une porte ronde ; elles n’ont jamais qu’un étage : les femmes occupent un logement particulier, & chaque maiſon remplit une eſpace conſidérable, de manière qu’une ville de la Chine auſſi vaſte que Paris, ne contient gueres au-delà de cent mille ames. J’ai vérifié moi-même avec pluſieurs Chinois la population de Canton, de la ville de Tartare, & de celle de Bateaux, que le Père le Comte a porté à quinze cent mille habitans, & le Père du Halde à un million ; mais quoiqu’en tems de foire, je n’en ai pu trouver que ſoixante & quinze mille; cela n’empêche pas qu’après Surate, Canton ne ſoit une des villes les plus conſidérables & les plus commerçantes de l’Aſie. Les gens du pays m’ont aſſuré que toutes les autres villes de la Chine étoient bâties ſur ce modèle ; & dans ce cas, pour contenir autant d’habitans que Paris, il faudroit qu’elles euſſent au moins cinquante lieues de tour, ce qui ne s’accorde gueres avec le rapport des Miſſionnaires, quand ils nous aſſurent que Pékin, qui n’a que ſix lieues de tour, renferme pluſieurs millions d’habitans.

Les meilleurs terrains ſont employés à des ſépultures, & l’on n’ignore pas aujourd’hui que l’intérieur de la Chine n’étoit ni peuplé ni cultivé, que les Chinois s’étoient jettés ſur les bords des rivières & dans les lieux les plus favorables au commerce, & que le reſte du pays, couvert de forêts immenſes, n’étoit habité que par des bêtes féroces, ou par quelques hommes indépendans qui ſe ſont creuſés des antres ſous terre, où ils ne vivent que de racines. Quelques-uns ſe raſſemblent pour piller les bords des villages, ce qui prouve que la population de la Chine n’eſt pas à beaucoup près auſſi grande qu’on a voulu nous le faire accroire.

Les loges Européennes qu’on appelle hams, ſont construites sur un quai magnifique, dont les Européens firent les frais; elles sont très-belles : on regarde comme les plus beaux édifices celles des François & des Anglois. En payant une somme considérable, il leur fut permis de bâtir la façade à leur manière, pourvu que l'intérieur fût à la Chinoise, comme il l'est effectivement; chaque Nation a son pavillon devant sa loge, non pas comme une marque de considération, mais comme une enseigne qui la distingue

C'est une erreur de croire que les vaisseaux Européens allassent autrefois sous les murs de Canton,& que ce soit nos mœurs, & notre manière libre envers les femmes qui nous aient fait reléguer à Wampou : la construction de nos bâtimens s'est toujours opposée à ce qu'ils remontassent plus haut ; les fommes Chinoises mêmes, quand elles sont un peu trop grandes, quoique plates par-dessous, ne peuvent y remonter. C'est un bonheur pour les Chinois que nos vaisseaux mouillent si loin de cette ville, parce que les dépenses d'un voyage retiennent bien des personnes à Wampou, qui tous les jours descendroient à Canton. La grande quantité d'Européens les effrayeroit ; à la moindre dispute, les jeunes marins qui comptent pour rien l'intérêt de leurs armateurs, se prévaudoient du nombre pour soutenir l'honneur de la Nation, & depuis long-tems le commerce de Chine n'existeroit plus. Si on l'abandonnoit, que de misère dans les provinces méridionales ! que deviendroient les manufactures de Pékin, de Nanquin & de Gaze ? que deviendroient ces chams immenses de thé ? il est bien différent de travailler pour sa Province ou pour des Étrangers qui viennent enlever le superflu de la consommation. Si


la Guienne ne cultivoit des vignes que pour elle, & même pour la France, la moitié resteroit inculte.

On along-tems disputé pour savoir si le commerce de la Chine étoit avantageux aux cinq Nations Européennes qui y portent leur argent; il est sûr que tout commerce & échange de l'or & de l'argent contre des marchandises, est onéreux pour un État; si elles n'y alloient pas, les dames n'en porteroient pas moins des gazes & des blondes; nos manufactures de porcelaine & de belles poteries auroient plus d'activité; nos plates aromatiques suppleéroient au thé; nous avons vu les Chinois eux-mêmes lui préférer notre sauge.

Le commerce des Européens en Chine peut monter pendant la paix de vingt-quatre à vingt-six millions. Les François y envoient deux vaisseaux & y portent deux à trois millions; la Compagnie Angloise y envoie quatre, six, & quelquefois huit vaisseaux, sans compter quinze à vingt vaisseaux de côte. La Compagnie y porte quatre millions en argent, & trois millions en drap; les Négocians Anglois de Bengale, Madras, Surate, Bombaye & Cambaye, y portent deux millions en argent, & deux millions en coton, calin, opium & rotin; les Hollandois y ont toutes les années quatre vaisseaux, ils y portent quatre millions en argent, & deux millions en productions de leurs colonies; les Suédois ainsi que les Danois, n'y envoient que deux vaisseaux, & y portent chacun deux millions; le Roi de Prusse y envoyoit autrefois un vaisseau, mais depuis long-tems on n'y voit plus son pavillon ; les Espagnols de Manille, & quelques Portugais de Goa vont aussi en Chine, mais ils n'y achétent que le rebut des autres Nations : leur commerce eft peu de chofe, &: ne monte pas à plus d'un million. • Les Nations,. Européennes retirent de la Chine des thé« connus fous les noms de thé boiiy, thé vzrt ^[a^ihon, ils font; tous de h munie efpéce, & ne différent que dans la prépara¬ tion: j'en ai cependant: trouvé fix efpéces, mais il n'y en a cHi'une que l'on culdve généralement dans tout rEmpire. Elle cîï fopérieure aux autres, ôc a beaucoup de parfum, quand on îi eu le foin de cueillir les fommitës de l'arbriiTeau avant qu'il ait donne des fleurs. On n'en: point encore d'accord fur tes proprié¬ tés ; en général les thés des Provinces méridionales font préfé¬ rables, la manière de les connoure demande une grande habi¬ tude, les cargaifons font prefque toutes en thé bouy. On rapporte auiîl de la Chine de la groffe porcelaine ^ des foies écrues, de la rhubarbe, du camphre, du borax, du rotin que les vaiffeaux marchands apportent de Malacca, de la gomme Jacque, des Nanquins, des Pékins, & quelques autres étoffes de foie, on rapportok autrefois de For, fur lequel on gagnoit vingt-cinq pour cent; aujourd'hui on gagne dix-huit & vingt fur celui que l'on y porte de l'Inde. Les différentes révo¬ lutions, les guerres de leurs voifms leur ont fait préférer ce méral précieux qui facilite Fexportation de leur fortune en tous lieux. Si les Chinois font vexés par leurs fupérieurs, les Euro¬ péens ne le font pas moins; ils n'ont jamais pu trouver le moyen de fe faire rendre junice : l'enirée de la ville Tartare où VOpeou de même que le Viceroi font leur réfidence, leur étant interdite, ils ne peuvent fe plaindre que par Fentremife du Fiador , & celui-ci ne rend leurs plaintes qu'autant qu'il y est intéressé. Les Anglais, maîtres despotiques de l'Inde, voulant jouer le même rôle à la Chine, font beaucoup de bruit toutes les années ; mais ils finissent toujours par payer des sommes considérables pour la plus petite sottise : si les plaintes les mieux fondées ne parviennent point au chef de Canton, comment pourroient-elles arriver jusqu'au trône ? depuis que les Européens font le commerce de la Chine, on n'en a qu'un seul exemple. Les Anglais vexés depuis long-tems à un plus haut dégré que les autres nations, soit à cause de leur libéralité, soit dans la crainte qu'ils ne prissent trop d'empire, expédièrent en secret un bâtiment avec le Conseiller Ouilt, qui habitoit la Chine depuis son enfance, & parloit le Chinois comme un naturel du pays. Ils le chargèrent de demander justice à l'Empereur, & de lui présenter une requête au nom du Conseil ; tout se fit si secrétement, qu'on n'en fut instruit que lorsqu'ils approchèrent de Pékin : leurs plaintes parviennent jusqu'au trône ; on nomme quatre Commissaires qui viennent en pompe examiner si elles sont fondées ; mais bientôt gagnés par des sommes confidérables, ils s'accordent tous à dire qu'elles sont injustes; on arrête le vaisseau, l'équipage disparoît, & l'on interroge Ouilt pour connoître l'auteur de la requête : son maître de langue a la tête tranchée, ainsi que celui qui l'avoit transcrite ; on le condamne à subir le même sort ; mais le regardant comme un Sauvage à qui les loix n'étoient point connues, on commua sa peine en cinquante coups de bâton, & trois ans de prison à Macao, d'où il ne devoit sortir que pour être chassé ignominieusement de l'Empire. Cependant les Anglais ont toujours continué le commerce de la Chine.


Planche 82 - Mandarin accompagné de ses Bourreaux.


Cet ordre ou plutôt cette discipline sévère fit admirer les Chinois, & on regarda comme sage politique la rigueur dont ils usèrent envers les Européens : mais quel est donc cette administration si sage & si vantée ? Un Étranger est soumis aux loix du pays, mais par une singularité bizarre, il ne lui est pas permis de les réclamer ; le Chinois lui-même n'en a pas la liberté : s'il a des débiteurs, il ne peut que leur envoyer les lépreux, sans qu'ils puissent les chasser de leurs maisons. S'il veut plaider, il se ruine pour enrichir les dépositaires de la justice : le Mandarin se nourrit des dépouilles de ceux qui lui sont subordonnés ; ces suppôts de la justice vivent aux dépens du Peuple, & le Peuple est misérable.

Un Mandarin passant dans une ville, fait arrêter qui lui plaît, pour le faire mourir sous les coups, sans que personne puisse embrasser sa défense : cent bourreaux sont ses terribles avant-coureurs, & l'annoncent par une espéce de hurlement. Si quelqu'un oublie de se ranger contre la muraille, il est assommé de coups de chaînes ou de bambous.

Cependant le Mandarin n'est pas lui-même à l'abri du bâton; l'Empereur lui fait donner la bastonade pour la plus légère faute. Cette gradation étend les chaînes de l'esclavage jusqu'aux Princes du sang. Pour montrer leur soumission, les plus grands Mandarins portent toujours avec eux l'instrument de leur supplice; ce sont des chaînes & un coutelas renfermés dans un coffre, couvert de toile peinte & porté par deux

Pl. LXXXII

hommes qui les précèdent : si l'Empereur les mande, ils sont obligés de se couvrir de ces chaînes, & de paroître en cet état pour lui prouver leur obéissance. Si le Tribunal des Censeurs appellé par les Jésuites le Conseil des Sages, & qui, à ce que l'on prétend, étoit établi dans les premiers tems pour diriger l'Empereur, l'instruire & lui apprendre à gouverner, osoit faire des remontrances comme on nous l'assure, chacun de ces Censeurs périroit dans les supplices.

L'empereur Ti-fang en poignarda onze de sa propre main, & les fit scier en deux, pour avoir osé dévoiler la haîne du Peuple qu'il avoit méritée par ses cruautés.

Quoiqu'on ait dit que les places des Mandarins ne s'accordoient qu'au mérite, il est pourtant vrai qu'elles s'achetent : les charges vénales exigent bien quelques épreuves, mais moyennant des présens, les Juges ferment les yeux sur l'examen. Un Marchand riche peut acheter une place de Mandarin pour son fils ou pour lui; dès ce moment il est distingué par un bouton d'or qu'il porte à son bonnet, & se trouve exempt du Chabouk, qu'un Mandarin qui passe peut faire donner à tous ceux q'il lui plît. Les places de Mandarin de guerre sont plus communes; on ne peut y être reçu qu'après avoir subi des épreuvent qui consistent à couper une branche avec un sabre d'un poids énorme, à lever, à bras tendus, des choses très-pesantes, à courir des la vase avec des souliers dont les semelles sont de cuivre, & pèsent au moins trente livres. Quand le Gouvernement connoît un Marchand riche, il le fait Mandarin de sel, pour le dépouiller honnêtement de sa fortune. Cette charge, très-lucrative dans d'autres pays, donne quelque considération à la Chine, mais finit toujours par ruiner ceux qui la possèdent. Un chinois fort avare ayant été nommé Mandarin de sel en 1772, aima mieux mourir que de la gérer; il se renferma dans une urne, & y périt le quatrième jour. Les Ordonnances rendues par le Gouvernement sont toujours affichées, mais elles n'ont de vigueur qu'autant qu'elles résistent aux injures de l'air : quand l'affiche n'existe plus, on cesse de les respecter, & l'inobservation n'en est point punie. S'il se commet un crime, ou quelque chose contre le bon ordre, il ne parvient point à la connoissance du Gouvernement; le premier Mandarin instruit de l'affaire se transporte sur les lieux, & fait punir les coupables; mais avec de l'argent on évite la bastonade.

Qu'on cesse donc de vanter ces moeurs si douces, ce Gouvernement si sage, où ke Peuple gémit sous le joug de l'oppression & de la misère ! est-ce là de quoi justifier les éloges pompeux de nos faiseurs de relations ? il est vrai qu'en déguisant des faits réels, ils ont attribué gratuitement aux Chinois des coutumes horribles : on a prétendu qu'un Chinois pouvoit tuer sa femme ou ses filles, sans craindre d'être poursuivi par les loix; mais si quelques malheureux ont pu commettre de tels crimes, on ne doit point en inculper la Nation. On pourroit imprimer la même tache à tous les peuples, si l'on se bornoit à rassembler des crimes isolés.

Il ne faut pas non plus les accuser de parricides, si dans l'extrême indigence ils exposent leurs enfans, ou les vendent pour leur assurer une subsistance qu'ils sont hors d'état de leur donner. Les Indiens regardent comme une punition de Dieu de n'avoir point d'enfans; la Religion leur prescrit d'en avoir beaucoup, & de les aimer s'ils veulent être heureux : cependant dans les tems de famine on voit les pères & les mères les plus tendres nous livrer leurs enfans pour quel- ques mesure de riz. Si quelque Chinois venoit parcourir nos hôpitaux remplis de malheureuses victimes de l’amour & de la honte, désavouées par les auteurs de leur existence, ne pourroit-il pas à son tour nous accuser de parricides ? C’est aussi sans fondement qu’on leur reproche de les noyer. Tous ceux qu’on voit passer le long des vaisseaux avec une calebasse vuide attachée au dos, m’ont paru être des enfans de bateliers tombés par mégarde, & à qui les pères n’ont pu donner de secours : il est vraisemblable qu’ils leur attache cette calebasse pour les faire surnager, lorsque cet accident arrive, précaution qu’ils ne prendroient pas s’ils avoient envie de s’en défaire.

L'autorité de l'Empereur est sans bornes ; on ne peut lui parler qu’en se prosternant : s’il adresse la parole aux Seigneurs de sa Cour, ils doivent fléchir le genuil en recevant ses ordres. Tout ce qui l’entoure partage le respect outré qu’on lui prodigue : un mandarin manqueroit essentiellement, s’il passoit devant la porte de son palais à cheval ou en voiture, & quand il sort, tous les Chinois ont ordre de se renfermer dans leurs maisons. Celui qui se trouve sur son passage, ne peut éviter la mort qu’en tournant le dos & en se jettant la face contre terre. C’est pour cela qu’aucune maison chinoise n’a de fenêtre sur la rue ; on ferme soigneusement les boutiques partout où l’Empereur doit passer : il est précédé de deux mille bourreaux qui portent des faisceaux, des tamtams & toutes sortes d’armes de justice. Tel est ce Prince débonnaire que les Missionnaires nous ont peint, cherchant le bonheur dans l’amitié de ses Sujets.

Quoique l'usurpateur Tartare ait adopté les loix chinoises, ce n'est pas une raison pour les croire bonnes. Il est de l'intérêt & de la politique du Conquérant, de ne point réfor- .mer'ce qui plaît: au Peuple qu'il a fournis, fur-tout quand tout eft à ton avantage. Les ans & les fciences ne feront jamais de progrès à la Chine; le Gouvernement y mettra toujours obftacie, rarce- que n le Peuple venoit à s'éclairer, il faudroit nécefrairement en changer la forme : aufîi les plus érudits commencent à peine à favoir lire & écrire à la fm de leur vie. Leur fcience & leur habileté confiftent dans des difficultés vaincues, ôc le Gouvernement ne paroît tranquille, que parce qu'il régit des hommes lâches. Cette Nadon, quoique très-ancienne ^ ne cherche point à réformer tes abus ; les hommes n'ont point de génie, point d'activité dans l'imagination, tout fe fait machinalement ou par routine. Les Voyageurs s'accordent affez fur cet article, fi l'on dépouille leurs ouvrages de l'enthoufiafme, on verra qu'ils ne font confifter rinduftrie Chinoife que dans des bagatelles: le Chmois riche n'eft pas même cultivateur ; tout ce que Fon raconte à ce fujet eft faux. Il pane la moitié de fa vie à connoître les caractères innombrables de fa langue, & Fautre moitié dans ton férail. On ignore dans ce pays jufqu'à la manière de tranfplanter les arbres, de les couper ôc de les greffer : leurs jardins ne reffemblent à rien ; ils n'offrent pas même d ar¬ bres fruitiers, à moins qu'ils ne s'y trouvent plantés par la Nature. On eft bien éloigné d'y trouver, comme dans les )ardms Européens, les plantes des quatre parties du monde : un rocher factice, un petit pont, un belvéder ôc quelques labyrinthes, en font tout l'ornement. Cette agriculture fi vantée te réauit à planter du riz, qu'un malheureux enfoncé dans l'eau jufqu'aux genoux y met dans des trous fur les bords des rivières. On ne trouve pas cîiez eux un feul Peintre ; ils ne mettent ri dcSn m componiion dans leurs ouvrages. Il efc vrai qu ils appliquent agréablement les couleurs fur le verre ; mais les couleurs pures ôc tranchantes qu'ils pofent les unes a cote des autres, ne peuvent être appellées peintures que par ceux qui ne s'y connoinent point. Leurs tableaux mal défîmes ne brillent que par l'enluminure : après les avoir traces ^ ils ne les ébauchent point pour juger de leur efîet, mais ib travail¬ lent fcparcrnent chaque partie, ôc la nninent fans fonger a renfemble. Incapables de rien compofer, ils calquent tout ce qu'ils peignent 5 & comme celui qui peint la tête &- les bras ne fait pas peindre les draperies, le tableau pane dans une féconde main, Ôc de-là dans une troifiéme qui fe charge du fond : de plus ils n'ont aucune idée delà perfpedive, le fond en- au{Ti brillant en couleur que les figures, & c'eft dans les nues qu'ils placent les lointains. Quant à la Sculpture , ils la connoinent à peine : point de il-atues de marbre ni de pierre. On voit feulement dans leurs Pagodes quelques grandes figures de bois ou de carton peint; elles font toutes gigantefques, difformes & fans proportion : toute la figure eft unie par deux morceaux de bois qui cor- refpondeni de la tête aux pieds, & la font tenir droite fur ton piédenal ; auffi n'ont-elles aucune grâce. On connoît leurs Magots, qui font aujourd'hui répandus dans toute l'Europe* Ils modèlent encore le portrait, mais de la manière dont ils travaillent, c'eft un hazard quand ils faifinent la renem- blance : l'ardûe fait d'abord une tête d'imagination, pendant qu'un de tes apprendfs fait le corps féparément; enfuite il tâche d'en rapprocher les traits de ceux de l'original, ôc quand cette tête eft finie, on la place fur le corps, par le moyen d'un morceau de bois qui les traverfe ôc les unit, puis un. ouvrier y colle plufieurs couches de papier fin, & remet Fouvrage à un troifiëme, qui y pafTe alternativement des cou¬ ches de blanc ôc de rouge. La Géométrie ni rArchkeâ;ure n'y font pas mieux cultivées ; on n'y trouve point d'Archkeûe. Les temples qui dans tous les autres pays infpirent le refpeâ: par leur magnificence, n'ont rien de majeftueux à la Chine : ils font cependant embellis au dehors, les colonnes qui en font le principal ornement, font de bois ôc de la même groneur dans toutes leurs parties : on les place fort près les unes des autres, ce qui fait que les Pagodes reffemblent plutôt à des halles qu'à des temples. On ne les connoît que par quelques figures coloffales en carton qui décorent la porte, il y a toujours une cour dans le milieu qui renferme le foyer ou l'on brûle le fandal ôc les papiers dorés : dans le fond eft un autel fur lequel eft placée Fidole à greffe bedaine. On y brûle des cierges comme fur les nôtres, & pendant les offices, le Peuple refte profterné. Les Jéfukes ont fait paner les Chinois pour de grands Aftro- nomes; mais comment pourroient-ils calculer une éclipfe? ils ne comptent que fur des boules enfilées, comme faifoieni autrefois les Runes, ôc n'y peuvent faire entrer les frayions impaires. Ont-ils inventé quelques inftrumens propres à l'obfer- vation des aftres ? S'ils ont quelque goût pour FAftronomie, c'eft par une fuite de leur indolence ôc de leurfuperftkion; ôc les Jéfukes étoient bien moins confidérés comme des Aftrono- mes que comme des Aftrologues, puifque le Père du Halde, l'apologisie de ce peuple, nous assure qu'ils n'y éioient tolérés qu'en fa\e-ir des almanachs qu'ils compofoient, ôc qu'ils ne maiiquoient jamais de remplir de prédictions aûrologiques adap¬ tées au goût des Princes ôc de la Nation. Lorfque les Jéfuites & les autres Millionnaires difputèrent pour favoir file mot T'u'îi ngnifîoit Ciel ou Dieu y les Chinois regardant ces Etrangers comme une race turbulente propre à faire des factions, ôc craignant qu'ils n'acquinent des partifans, les chafsèrent ôc les envoyèrent à Macao, où ils dévoient être embarques 5 mais un heureux Lazard les fit rappeller à Pékin. Peu ce tems après, leur exil, un Aftronome lettré de la pre¬ mière claiïe annonça une éclipfe , tes calculs furent vérifiés par le tribunal des Mathématiques, qui crut les avoir trouvés juftes ; mais Féclipfe étant arrivée un jour plus tard qu'il ne Favoiî annoncée, FEmpereur lui fît trancher la tête: ce Prince reconnoifant l'ignorance de ton peuple, rappella les Miiïlon- naires, ôc les renferma dans une enceinte, afin qu'ils ne puiTent occafionner des troubles dans FEmpire. Si les Chinois étoient bons aftronon es, s'ils ponedoient rAftronomie depuis filong- tems, s'ils l'avoient même corrigée, s'abaineroient-ils jufqu'a demander des fujets à des Nations étrangères ? leur orgueil ne foufTre-t-il pas d'en avoir befoin? Comme depuis l'extinction des Jefuites il pane peu de MifÏionnaires lettrés à la Chine, rEmpereur envoya à Canton en 1778, pour demander des Arrifces à toutes les Nations, ôc fur-tout des Aftronomes, afïu- rant qu'ils jouiroient à la cour de Pékin de toutes fortes de privilèges, ôc qu'ils y feroient traités comme des Mandarins. Leur opinion fur les planettes, qu'ils élèvent autant queJca étoiles, ne prouve-t-elle pas leur ignorance en fait d'Astrono- mie, de même que les terreurs singulières qu’ils éprouvent à l’approche des éclipses ? Quand elles font annoncées, on les affiche trois jours avant qu’elles n’arrivent, & il est enjoint à tous les Chinois de prier le Poussa pour que l'Ammé-Paoâ, qui signifie Crapaud à trois pattes, n’avale pas le Soleil

Ils ne font pas mieux inftruits en Géographie. La terre, félon eux, en: de forme quarrée, & leur Empire en dans le centre : ia Marine eft encore une fcience dont ils ne fe doutent point ; ils attribuent le flux & le reflux à un gros poifïbn qui fiége au fond de la mer : dans les tempêtes, quand le danger exigeroit la manœuvre la plus prompte, ils adreiïent leurs prières a la bouffole, & périflent avec Fobjet de leur adoration.

Leurs vaisseaux ou fommes,, font des machines énormes. Il y en a qui portent jufqu’à mille tonneaux. Les deux extrémités font prodigieufement élevées, ôcpréfentent au vent une surface considérable. Il en périt plus de la moitié, parce qu’une fois fur le côte, ils ne peuvent plus fe relever. Leurs ancres font de bois, leurs voiles de nattes, & leurs câbles de rotins.

Ils ne connoinent point les intci-urnens avec lefquels nous prenons hauteur Ceux qui vont au Japon ou aux Philippines, fe dirigent par les anres, comme feroit le Sauvage le plus greffier, ôc ceux qui font route vers Batavia, Malacca ou Quéda, ne quittent jamais la terre de vue : telles font leurs connoinances en marine. Cependant ils ont fait autrefois le commerce de l’Inde. Ils alloient à la côte de Coromandel, ôc mêmejufqu’au fond du golfe de Bengale. On voit encore à Negapatnam les ruines d’une tour Chiîîoife ; mais il eft faux qu’ils aient jamais entrepris d’envoyer en Europe une efcadre de fix cens bâdmens, comme Font avancé plufîeurs Jésuites,

& que ces prétendus bâtimens, en doublant le Cap de Bonne-* Efpérance, fe foient vus difperfés par une tempête qui les fi: périr ou jetter au plein. Les Chinois feroient en plus grand nombre dans cette partie de la côte d'Afrique fi cette anec¬ dote étoit vraie : ceux qui s'y trouvent en très-petite quantité, font natifs de Batavia , ou defcendent de ceux qui s'y font établis. C'en: peut-être un grand bien pour cet Empire, d'avoir confervé tes anciennes habitudes. Si les Chinois étoient deve¬ nus bons marins, ils auroient découvert des pys qui ne leur étoient point connus, & de fréquentes émigrations en auroient été la fuite. Le.Gouvernement femble les avoir prévues, puif- qu'il a fait des loix qui défendent les voyages dans les pays étrangers, & déclarent infâmes ceux qui forcent du royaume. Ceux qu'on voit établis aux Philippines, a Malacca, a Batavia, defcendent des Chinois qui détonèrent leur patrie, quand les Tartares s'en rendirent les maîtres, afin de ne pas fe lailfer couper les cheveux* Leur mufique ère aufTi mauvaife que chez les Indiens : celui qui fait le plus de bruit eft le meilleur muficien. Jamais ils n'ont pu faire ni montre ni pendule, quoiqu'ils s'y foient exatenent appliqués, Ôc nos ouvrages les plus gref¬ fiers en ce genre, excitent leur admiration.. Ils doivent à la Nature la beauté de leur vernis. Leurs foieries que l'on admire ici, parce qu'elles viennent de loin, Ôc qu'elles font à très-bon compte dans le pays, ne pour- roient pas fouffrir -de comparaifon avec celles de nos manu- faûures de Lyon ; quant aux métiers dont ils fe fervent pour les faire, ils font bien loin d'avoir la fimplicité des nôtres, ÔC ils ne les doivent qu'aux lumières des Jéfukes. Leur porcelaine remporte-elle fur celle de Sève ôc Saxe ? Les Belles-Lettres y font encore dans Fenfance, malpré la prodigieufe quantité de Lettrés. Leur Encyclopédie prouve combien ils font inférieurs en ce genre aux Nations européen¬ nes , ôc même aux Indiens : elle traite particulièrement de la manière dont on doit apprendre à connoître les jours heureux ôc malheureux ; de quel côté le lit doit être placé dans la chambre • à quelle heure on doit manger, fortir, nétoyer la maifon, ôcc. Cette Nation n'acquerra jamais de vailes connoinances parce qu'il eft impoflible que des gens dont la vie ne fuffit pas pour apprendre leur langue., foient jamais înftruits. Confucius, ce grand Légulateur qu'on élevé au-deiïusde la fageiïe humaine, a fait quelques livres de morale adaptés au génie de la Nation, car ils ne contiennent qu'un amas de chofes obfcures, de vifions, de fentences & de vieux contes mêlés d'un peu de philofophie : tous les manufcrits que les Millionnaires nous ont envoyés pour être des tradudions de tes ouvrages, ont été fait par eux. Confucius établit une fede ; les Lettrés, & tous les foi-diian's fages la compofent : il en: regardé comme le plus grand Philo- fophe que FEmpire Chinois ait produit. Ses ouvrages, quoique pleins d'abfurdités, font adorés ; ôc lorfqu un particulier ouvre une école publique, il la dédie à Confucius. Confucius & tes defcendans ont écrit des milliers de fen< tences qu'on a accommodées aux événemens, comme nous avons interprété celles de Noftradamus & du Juif-errant. Au¬ jourd'hui, en France, il n'y a que les bonnes femmes ôc les enfans qui y croient, à la Chine, c'eîl d'après elles qu'on dirige toutes les opérations. Les Chinois n’entreprennent rien sans avoir consulté les caractères de Confucius (a), & brûlé devant sa figure une bougie de sandal, de même qu’un morceau de papier doré; d’autres consultent la tortue ou la fève (b) ; ces trois choses sont regardées comme très-essentielles, & font agir les trois quarts des Chinois. Ils passent toute la journée dans l’inquiétude, si l’oracle ne leur a pas annoncé qu’elle sera heureuse.

Leur superstition pour le nombre neuf est extrême; tout se fait par ce nombre ; on bat neuf fois la tête (c) si l’on aborde un Mandarin , & celui-ci fait la même cérémonie en approchant l’Empereur. Toutes les tours sont à neuf étages ; elles avoient été construites pour annoncer dans la Capitale ce qui se passoit jusqu’aux limites du Royaume, par le moyen des signaux ; il y en avoit de trois lieues en trois lieues; mais aujourd’hui qu’elles tombent en ruine, elles ne servent que de corps-de-garde.

Les Mandarins font divisés en neuf classes : on punit les parens d’un criminel jusqu’au neuvième degré, & sa famille est déshonorée jusqu’à la neuvième génération.

Les cérémonies puériles qu’ils observent dans les saluts, les visites & les festins, sont autant de loix auxquelles ils ne peuvent

déroger ; un Chinois ne recevroit pas son meilleur ami sans avoir ses bottes.

Le salut ordinaire d’égal à égal, consiste à joindre les mains fermées devant la poitrine, enfuite on les remue à plusieurs reprises, en penchant un peu la tête, & prononçant fin, fin ; mais pour une personne à laquelle on doit du respect, on incline profondément le corps en joignant les mains, qu’on éleve & qu’on abaisse jusqu’à terre.

Les Chinois ont des femmes autant que leur fortune leur permet d’en avoir : des loix si contraires à la Nature ne peuvent qu’influer sur les mœurs, & nuire à la population ; ils sont extrêmement jaloux & renferment leurs femmes ; leur frère même n’a pas la liberté de les voir ; on ne trouve dans les rues que celles des malheureux à qui l’indigence ne permet point d’être polygames, & dont les pieds n’ont pas été resserrés ; car dans l’enfance on met aux filles des souliers de cuivre, pour empêcher les pieds de croître ; la circulation une fois interrompue, les jambes se desséchent & ne peuvent plus supporter le corps, aussi vont-elles toutes en cannetant comme les oyes; cette coutume, qui dans le principe étoit l’ouvrage de la politique, est devenue l’effet de l’amour-propre ; on se mutile de la sorte pour annoncer qu’on vit dans la mollesse, & qu’on n’a pas besoin de travailler : c’est par la même raison que les Chinoises laissent croître leurs ongles & ne les coupent jamais.

Les maisons ne font pas richement meublées ; quelques fauteuils, des tabourets & des tables sur lesquelles on place des vases antiques, en forment les principaux ornemens. Mais le plus précieux de tous est la figure du Dieu qu’on éleve au-

dessus d'une petite chapelle, devant laquelle on fait les prières & les cérémonies journalières.

L'habit chinois est une espéce de chemise de soie de différentes couleurs qui se boutonne pardevant ; ils en mettent quelquefois jusqu'à huit les unes sur les autres, & dans les tems froids ils y ajoutent une espéce de mantelet de drap noir. Ils portent de grands caleçons par-dessous, & des bottes de satin quelquefois piquées, dont les semelles sont de papier, & ont plus d'un pouce d'épaisseur. Ils se rasent les cheveux, n'en conservant qu'une seule touffe derrière la tête, pour former une tresse qu'on nomme penefé; ce n'est qu'aux pères de famille qu'il est permis d'avoir des moustaches, ils les conservent précieusement, & ne cessent d'y passer la main afin de les rendre lisses. Ils ne coupent jamais l'ongle du petit doigt, excepté les ouvriers à qui le travail des mains ne permet pas ce faste. L'habillement des femmes est presque le même que celui des hommes ; la frisure de celles qui sont mariées dans la province de Canton, consiste à ramasser tous les cheveux dans le milieu de la tête pour en faire des espéces de nœuds ornés de fleurs & retenues par des épingles d'or. Les filles les coupent tout autour du front, à deux pouces de leur racine, & ne les relèvent point ; mais ces modes ne sont pas générales, elles varient selon les Provinces.

Les Mandarins sont distingués par le bouton d'or, de perle ou de corail, qu'ils portent au bonnet suivant leur grade. C'est encore à la ceinture qu'on distingue les états, par la quantité de perles dont elle est surchargée. Les Mandarins de la première classe portent sur la poitrine & le dos une pièce d'étoffe quarrée, où brillent l'or & l'argent, & sur laquelle les attributs de leur dignité sont brodées, on les reconnoît à cette marque,


Planche 83 - Convoi chinois


de même qu'à la quantité de bourreaux qui les précèdent & portent des banderoles, des parasols, de grands fouets, traînent des chaînes & des bambous ; par cet appareil ils en imposent au peuple, qui tremble à la vue de ce redoutable & nombreux cortège. Les Mandarins qui voyagent en bateaux, ont des galéres ; ou plûtôt des maisons flottantes, qu'on appelle champans; elles sont très-commodes, & divisées intérieurement en plusieurs chambres. Ils ont pour Fordinaire des Muficiens, & une fui.x convenable à leur rang. On reconnoît leur grade aux banderoles &: aux piques placées en trophée fur le tillac de la salèiô. ^ . L'idéedelr. mort ne ceiïe de tourmenter les Chinois^ & les pourfuit j'ufque dans leurs plaifîrs. Cependant elle leur paroîc moins cruelle 5 s'ik peuvent acheter un cercueil Ôc placer leur tombeau furlepenchant d'une colline, dans unefituation agréable. Ils dépenfenî des tommes excefllves pour les funérailles, qui fe font quelquefois fîx ans après la mort, avec une magnifi¬ cence dont rien n'approche. Ils louent des hommes qu'ils habil¬ lent de blanc, pour former le deuil ôc pleurer à la fuite du convoi. p/* iXXXHL Pendant plufleurs jours confécutifs on promène le défunt fur îa rivière au ton de quantité d'inil-rumens ; le bateau qui le porte, ôc ceux qui raccompagnent, font illuminés de manière que les feux diverfement colorés, forment des deiïîns Jufqu'au fommet des mâ£s. Si le tombeau fe trouve éloigné de Fendroit ou le Chinois eft mort, on l'y tranfpon-e en grande pomne ; on forme des pendais de diftance en difbmce, pour répéter le corps : tes parens ôc tes amis lui portent des prêtons ôc des vivres, ôc quand il eft dans ton dernier afyle, on cond- nue toujours a lui porter à manger. Tome II, g signent de leur propre main ; politique avantageuse qui force l’amour-propre à devenir libéral.

Les Chinois sont bien faits, lestes & forts dans le badinage ; mais dans une dispute sérieuse, toutes leurs petites supercheries disparoissent, la crainte & la lâcheté l’emportent & les obligent à prendre la fuite. Dès leur bas âge, ils s’étudient à lever des poids de cent & cent cinquante livres, jusqu’à ce qu’ils puissent les élever au-dessus de leur tête, à bras tendu. Sept à huits sacs remplis de terre & pendus au plancher, sont encore des champions contre lesquels ils s’exercent à se battre. Ils se mettent dans le milieu des différens sacs, les agitent & tachent d’en éviter les coups ; ils ont une manière de roidir leurs muscles, qu’ils appellent se rendre dur ; & quand ils luttent, ils s’en servent avantageusement contre leur adversaire, parce qu’ils roidissent la partie menacée du coup, & celui qui le donne se fait plus mal qu’il n’en fait à celui qui le reçoit.

Mais tout cela ne les rend point courageux. Ils sont très-mauvais guerriers & seront toujours vaincus par les Nation qui voudront les attaquer. Aucune de leurs villes ne pourroit soutenir un siége de trois jours ; tous leurs forts sont à-peu-près ronds & sans élévation ; les murs n’ont point d’épaisseur, les embrâsures sont inégales, ne forment qu’un simple trou fait de manière qu’on ne peut diriger le canon que dans un seul point, & leur artillerie n’est propre qu’à des réjouissances : leurs fusils sont à méche, & quand ils s’en servent, ils détournent la tête après avoir ajusté le coup.

’’Lystching’’ se mit à la tête d’une compagnie de brigands en 1640, détrôna l’Empereur, se fit proclamer à sa place, & fut bientôt maître de tout l’Empire. ’’Ousankouei’’ voulut le venger, leva des troupes, & combattit l’usurpateur. Les Tartares profitèrent de ces troubles ; leur Général s’empara de la capitale de la Chine, & mit son neveu ’’Chun-Tchi’’ sur le trône.

Trente mille ’’Barmans’’ détruisirent il y a peu de tems une armée de cent mille Chinois ; enfin tous ceux qui parviendront avec quelques forces à la Chine, s’empareront de cet Empire.

Les Chinois entendent bien le trafic, parce que ce genre de commerce ne demande pas beaucoup de génie. Ils n’ont qu’une seule monnoie de mauvais cuivre, qu’on appelle ’’cache’’ ; elle offre un trou quarré dans le milieu, qui sert à l’enfiler : ils ont une autre monnoie idéale qu’on nomme la ’’TaÎle’’ ; elle vaux dix masses, & 7 liv. 10 s. argent de France ; la masse vaux dix ’’condorins’’, le ’’condorin’’ dix ’’caches’’, & la ’’cache’’ dix ’’hards’’. La taÎle est la base de tous les comptes.

Les Chinois sont frippons, fiers, insolens & lâches ; dix Européens armés seulement d’un bâton, en feroient fuir mille, & s’ils ne nous accordent aucune liberté, c’est parce qu’ils connoissent leur foiblesse. Nous avons paru trop empressés à commercer avec eux, ils n’ont pas manqué de s’en prévaloir ; d’ailleurs la crainte de partir sans cargaison et sans vivres, fait sacrifier jusqu’à l’honneur de sa Nation. N’est-il pas honteux pour les Anglais d’avoir été forcés de payer un Matelor, afin qu’il reçut le Chabouk à la place d’un Capitaine de leurs vaisseaux, & cela parce qu’il n’avoit pas été possible à ce dernier d’empêcher l’incendie d’un bateau Chinois. N’est-il pas encore honteux pour la Nation Française, qu’un domestique de M. Rot, Supercargue de la Compagnie, ait subi trois ans de prison à la place de son maître, qui fût encore obligé de payer quatre mille piastres, pour avoir eu le malheur de tuer involontairement un Chinois à la chasse.

La cupidité seule peut faire supporter aux Nations européennes des injures pareilles, & les soumettre à la merci d'un peuple aussi méprisable par son caractère que par son ignorance.


Sonnerat - Voyages aux Indes II Détail 1 page 37.jpg
  1. Cette rivière est connue aussi sous le nom de Fleuve Jaune.