Page:Audubon - Scènes de la nature, traduction Bazin, 1868, tome 1.djvu/247

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LA PERDRIX TACHETÉE,


ou tétrao du canada.


J’avais surtout pour objet, en entrant dans le Maine, de me renseigner exactement sur la perdrix tachetée, ou tétrao du Canada, et chaque personne à qui j’en parlai m’assura que, dans cet État, elle était assez abondante durant toute l’année, et que par conséquent elle y nichait. Heureusement, cela se trouva vrai ; mais nul ne m’avait prévenu des difficultés que je rencontrerais lorsqu’il s’agirait d’observer ses mœurs et de l’étudier de près. À la fin pourtant j’y réussis ; mais la tâche n’en avait pas moins été l’une des plus ardues que j’eusse encore entreprises.

Au mois d’août 1832, j’arrivai au délicieux petit village de Denisville, à environ dix-huit milles d’East-Port. Là, par un hasard dont j’eus dans la suite tout lieu de m’applaudir, je devins locataire de l’excellente et hospitalière famille du juge Lincoln, établi dans cette localité depuis à peu près un demi-siècle, et à qui le ciel avait accordé une longue suite de fils des plus remarquables pour les talents, la persévérance et l’industrie. Chacun avait sa vocation particulière, et naturellement je m’attachai plus spécialement à l’un d’eux qui, dès son enfance, avait manifesté une préférence décidée pour l’ornithologie. Ce jeune gentleman, Tho-