Page:Austen - Orgueil et Préjugé (Paschoud) 2.djvu/19

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





CHAPITRE II.


Monsieur Collins ne fut pas longtemps seul à méditer sur l’heureux succès de sa déclaration, car Mistriss Bennet qui s’étoit arrêtée dans le vestibule, pour épier la fin de la conférence, n’eût pas plutôt vu Elisabeth sortir de la chambre, et monter l’escalier à pas précipité, qu’elle entra dans le salon et le félicita vivement ainsi qu’elle-même, de la douce perspective, d’une alliance si intime. Mr. Collins reçut ses félicitations, et les lui rendit avec une égale satisfaction, et lui raconta ensuite les particularités de son entretien avec Elisabeth, dont il croyoit avoir toute raison d’être très-content, puisque disoit-il le refus que