Page:Austen - Orgueil et Préjugé (Paschoud) 2.djvu/229

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


que dans les reproches qu’il m’adressa à moi-même. Après cette affaire, tout fut fini entre nous, et je ne sais comment il a vécu jusqu’à l’été dernier, que je fus de nouveau obligé de m’occuper de lui, et d’une manière qui m’a été bien douloureuse. Je dois à présent parler d’une circonstance que je voudrois banir de ma mémoire, et qu’aucune considération, excepté celle à laquelle je cède dans ce moment, n’auroit pu m’engager à révéler à qui que ce fût. Après cet aveu je ne doute pas de votre discrétion. »

« Ma sœur, qui est de dix ans plus jeune que moi, a été confiée à la tutelle du neveu de ma mère, le colonel Fitz-Williams, et à la mienne ; il y a un an qu’elle est sortie de pension, et qu’elle vit chez elle à Londres. L’été dernier elle alla à Ramsgate avec la darne qui dirige son éducation. Mr. Wikam y alla aussi, et sans doute ce n’étoit pas sans