Page:Austen - Orgueil et Préjugé (Paschoud) 2.djvu/231

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


faire un éclat, mais j’écrivis à Mr. Wikam, qui parût tout de suite, et Miss Young fut renvoyée. L’objet des désirs de Mr. Wikam, e’toit sûrement la fortune de ma sœur, qui est de trente mille livres ; mais je ne puis m’empêcher de croire que l’espérance de se venger de moi ne fut un grand attrait ; la vengeance en effet auroit été complète. Voilà, Madame, le récit fidèle de ce qui s’est passe entre nous, et si vous ne le rejetez pas comme entièrement faux, j’espère que vous me déchargerez de l’accusation d’avoir usé de cruauté envers Mr. Wikam. Je ne sais pas de quelle manière et par quels mensonges il vous en a imposé, mais on ne doit pas s’étonner de ses succès. Dans l’ignorance ou vous étiez de tout ce qui nous concernoit l’un et l’autre, vous ne pouviez découvrir la vérité ; le soupçon n’est pas dans voire caractère. »

« Vous pourrez être surprise que je ne