Page:Austen - Orgueil et Préjugé (Paschoud) 2.djvu/8

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


moins aimable à mes yeux, si vous n’aviez pas fait cette légère résistance. Mais permettez-moi de vous assurer, que j’ai l’autorisation de votre respectable mère pour m’adresser à vous. Vous ne pouvez méconnoître le but auquel tend ce discours. Cependant je comprends que votre délicatesse naturelle doit vous engager à dissimuler ; mes assiduités ont été trop marquées, pour qu’on ait pu s’y tromper. Presque aussitôt que je suis entré dans cette maison, je vous ai choisie pour devenir la future compagne de ma vie ; mais avant de vous déclarer mes sentimens, il seroit peut-être plus convenable que je vous expliquasse mes raisons pour me marier, et surtout, celles que j’ai eues pour venir dans le Hertfordshire, comme je l’ai fait, dans l’intention de choisir une femme.

Mr. Collins développant ses sentimens, avec un calme si solennel, donna