Page:Austen - Orgueil et Prevention 2.djvu/15

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
11
ET PRÉVENTION

de vous avoir préservée d’une telle insensibilité.

» — Je ne saurais remercier la Providence, M. Bennet, de ce qui a rapport à cette substitution. Comment, on a pu être assez barbare pour substituer une terre au préjudice de ses propres filles ! C’est ce que je ne puis comprendre… et tout cela pour l’avantage de M. Colins : pourquoi doit-il l’avoir plutôt qu’un autre ?

» — C’est à quoi je vous laisse réfléchir, dit son mari en la quittant. »