Page:Austen - Orgueil et Prevention 2.djvu/17

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
13
ET PRÉVENTION

l’accomplissement des désirs qu’elle avait manifestés dans sa dernière lettre, disant que son frère demeurait chez M. Darcy. Elle parlait aussi avec enthousiasme d’un nouvel ameublement, dont ce dernier venait de faire emplette.

Élisabeth, à laquelle Hélen vint communiquer cette lettre, la lut avec indignation : son cœur était partagé entre l’inquiétude et le ressentiment. Ce que disait Mlle Bingley de l’inclination qu’avait son frère pour miss Darcy, ne lui fit aucune impression ; elle était aussi convaincue que jamais, que c’était Hélen seule qu’il aimait, mais quelque disposée qu’elle fût à bien penser de lui, elle ne pouvait, sans mépris, même sans impatience, réfléchir à cette humeur facile, à ce manque de résolution, qui le rendait, dans cette circonstance, l’humble esclave de ses amis, et lui faisait sacrifier son propre bonheur à leur caprice. Si cependant il ne s’était agi que de son propre bonheur, il aurait pu se conduire selon sa volonté, mais la félicité d’Hé-