Page:Aymar de Saint-Saud - Armorial des prélats français du XIXe siècle (1906).djvu/21

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

6

ARMORIAL DES PRÉLATS

més à Rome, que nous avons eu l’honneur de connaître, que des RR. Abbés des Trappes de France (à Aiguebelle en particulier), la plus précieuse collaboration.

Mous n’avons garde d’oublier les RR. PP. Bénédictins de Solesmes, qui nous ont aidé avec un dévouement inlassable . Le R.P. de Longuau de Saint-Michel a fait pour notre travail des recherches dignes de son Ordre ; c’est tout dire. A eux aussi nous devons quelques dessins d’écussons, et l’exergue, si bien appropriée, de notre ouvrage : Pone me ut signaculum. Notre respectueuse reconnaissance leur est acquise depuis longtemps.

Enfin nous devons nous souvenir : d’un R. P. jésuite des Etats-Unis (il désire conserver l’anonyme) qui nous a aidé dans les recherches, parfois difficiles, sur les évêques français de cette grande république, où la religion n’est pas persécutée ; de notre cousin, le vicomte de Ghellinck d’Elseghem-Vaernewick, érudit archéologue belge, sans qui nous n’aurions que peu connu ce qui concerne les évéques français résidant en Belgique au commencement du XIXe siècle ; — du R. P. Pierre de Brizuela, notre vieil ami de jeunesse, supérieur de la mission de Bagdad, et pour qui l’histoire religieuse de la Mésopotamie n’a plus de secrets ; — de M. J. des Bouillons, qui n’a cessé de nous procurer des reproductions d’armoiries prélatices ; — des savants abbés Gabard, dont l’un est le chapelain de noire chapelle de famille, à Saint-Aubin-de-Baubigné ; — de M. Cheylud, qui connaît parfaitement l’Auvergne ; — de notre cousin, le comte Charles de Beaumont, archéologue distingué, qui s’est intéressé à notre œuvre dès la première heure ; — de M. Boisserie de Masmontet et de M. l’abbé Louis Calendiat, qui nous ont donné de nombreux sceaux épiscopaux. N’oublions pas les bienveillants collaborateurs de l’Intermédiaire des Chercheurs et des Curieux, qui souvent ont répondu à nos questions et ont facilité noire tâche. Merci aussi à notre ami de Fonrémis, notre dessinateur héraldique sur les mérites duquel nous reviendrons, et à M. Fernique qui a apporté zèle, soin, exactitude et obligeance à la reproduction des armoiries de notre Armorial, avec la perfection qui a fait la juste réputation de sa maison parisienne.

Clisson
(près Bressuire, Deux-Sèvres)
Toussaint 1905
ARLOT SAINT SAUD
Inspecteur de la Socité française d’Archéologie,
membre du Conseil héraldique.