Page:Banville - Œuvres, Les Cariatides, 1889.djvu/263

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



V

LES BERGERS

 
Amaryllis rit au pâtre Daphnis,
Tout en courant pour rassembler ses chèvres ;
Voici le vieux Damon avec son fils,
Néère ayant une pomme à ses lèvres,
Et l’air est plein de murmure et de fièvres.
Le zéphyr passe, heureux d’éparpiller
Les noirs cheveux ; lasse de sommeiller,
Phyllis accourt vers le chant qui l’attire
Et sous le hêtre on entend gazouiller,
Comme un oiseau, la flûte de Tityre.