Page:Banville - Œuvres, Les Cariatides, 1889.djvu/277

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



XIX

LA FORÊT

 
Enfuyons-nous, mes amis ! se peut-il
Qu’à ces bourgeois le destin nous condamne ?
Allons revoir, dans le rêve subtil
Où son amant se fait gratter le crâne,
Titania baisant la tête d’âne.
Partons, avec nos appâts d’oiseleurs !
Cherchons les doux sommeils ensorceleurs ;
Allons au bois riant où Puck s’attarde,
Voir Fleur des Pois et sur son lit de fleurs
Bottom, avec monsieur Grain de Moutarde.