Page:Banville - Œuvres, Les Cariatides, 1889.djvu/278

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



XX

CHÉRUBIN

 
Ô Chérubin ! jeunesse, extase, amour,
Toi qu’en jouant Rosine déshabille,
Tu t’éveillais et tu riais au jour,
Et tu suivais, bel ange aux airs de fille,
Affriolé par sa noire mantille,
Fanchette ou bien madame Figaro.
Tu t’enivrais de l’odeur du sureau,
Puis tu posais ton front blanc sur les marbres,
Et tu venais comme un petit chevreau,
Mordre les fleurs et l’écorce des arbres !