Page:Bassompierre - Journal de ma vie, 1.djvu/107

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


conduirent a son logis du doyenné Saint-Germain. Elle pria Mlle de Guyse de demeurer aupres d’elle : mais une heure apres, luy ayant pris une grande convulsion dont elle revint, comme elle voulut commencer une lettre qu’elle escrivoit au roy, la seconde convulsion luy prit sy violente, qu’elle ne revint depuis plus a elle. Elle dura en cet estat la toute la nuit et le lendemain, qu’elle accoucha d’un enfant mort ; et le vendredi saint, a six heures du matin, elle expira. Je la vis en cet estat le jeudy apres midy, tellement changée qu’elle n’estoit pas reconnoissable.

Le vendredi saint, comme nous estions au sermon de la passion a Saint-Germain de l’Auxerrois, la Varrenne[1] vint dire au mareschal d’Ornano[2] que madame la duchesse venoit de mourir[3], et qu’il estoit a propos d’empescher le roy de venir a Paris, lequel s’y acheminoit en diligence, et qu’il le supplioit d’aller au devant de luy pour l’en divertir. J’estois aupres dudit mareschal au sermon, lequel me pria d’y venir avesques luy : ce que je fis, et trouvasmes le roy par dela la Saussaye, proche de Villejuive[4], quy venoit sur des courtaux[5] a toute bride.

  1. Guillaume Fouquet, marquis de la Varenne, mort en 1616.
  2. Alfonse Corse, dit d’Ornano, fils de Sanpietro Corse, de Bastelica, et de Vanina d’Ornano, colonel général des Corses, maréchal de France en 1596, mort en 1610.
  3. Suivant l’Estoile, Gabrielle ne mourut que le samedi 10 avril. Ces deux indications différentes peuvent se concilier. Il paraît en effet que la Varenne, pour empêcher le roi de venir jusqu’à Paris, lui fit annoncer prématurément l’événement inévitable et prochain. (Mémoires de Sully.)
  4. Villejuif, près de Paris.
  5. Courtauds, chevaux de moyenne taille, à la queue coupée.