Page:Bassompierre - Journal de ma vie, 2.djvu/421

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


« Mr de Seaux, secretaire d’Estat a Mr de Noailles, Henry, 18 fevrier 1618[1].

« .... Cependant nostre maistre se fortifie tous les jours de corps et de jugement et graces a Dieu donne de signalez tesmoignages du dernier et de ses bonnes intentions ; mais croyéz qu’il veut estre obey et qu’il prendra mal a ceux qui manqueront a ce qu’ils luy doiuent, si ce n’est par ignorance ; car en ce cas il excuse volontiers et entend raison tres facilement. Il s’occupe maintenant aprez le temps qu’il donne aux affaires, a la foire St Germain et a la chasse et a vn ballet que fera Sa Majesté a l’exemple de laquelle la reyne en fait vn autre qui sera l’entretien de ce carneval. Mais je crois que bien tost aprez rien ne pourra plus retenir Sa Majesté en cette ville ou il n’y a maintenant autre nouueauté que ce qui est arriué en Leuant dont vous deuéz estre aduerty, c’est pourquoy je ne vous diray autre chose sinon, etc. »

Signé : Seaus.
De Paris, le xviije feurier 1618.

Lettres, etc. a Mr de Noailles par les rois, etc. T. II, fol. 321. (Bibliothèque du château de Mouchy-Noailles.)


XI


(Voir p.143).


Le grand ballet du roi en l’année 1619 représenta l’aventure de Tancrède dans la forêt enchantée. Le roi était un des quatre chevaliers des aventures ; mais le premier d’entre eux et le véritable héros du ballet était le duc de Luynes sous les traits de Tancrède.

  1. Antoine Potier de Sceaux, secrétaire d’État. — Henri de Noailles, comte d’Ayen, fils ainé d’Antoine, seigneur de Noailles, et de Jeanne de Gontaut, était lieutenant général au gouvernement d’Auvergne.