Page:Beaumarchais - Œuvres choisies, édition 1913, tome 2.djvu/315

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



Pourquoi non ? la rage de sauter peut gagner : voyez les moutons de
Panurge ; et quand vous êtes en colère, il n’y a personne qui n’aime
mieux risquer….

LE COMTE.

Comment, deux à la fois !…

FIGARO.

On aurait sauté deux douzaines ; et qu’est-ce que cela fait, Monseigneur,
dès qu’il n’y a personne de blessé ? (aux jeunes filles) Ah ça,
voulez-vous venir, ou non ?

LE COMTE outré.

Jouons-nous une comédie ? (on entend un prélude de fanfare.)

FIGARO.

Voilà le signal de la marche. À vos postes, les belles, à vos postes.
Allons, Suzanne, donne-moi le bras. (Tous s’enfuient, Chérubin reste
seul la tête baissée.)


Scène xx

VII.


CHÉRUBIN, LE COMTE, LA COMTESSE.
LE COMTE, regardant aller Figaro.

En voit-on de plus audacieux ? (au Page) Pour vous, monsieur le
sournois, qui faites le honteux, allez vous rhabiller bien vîte ; et que
je ne vous rencontre nulle part de la soirée.

LA COMTESSE.

Il va bien s’ennuyer.

CHÉRUBIN étourdiment.

M’ennuyer ! j’emporte à mon front du bonheur pour