Page:Blanc - Histoire de dix ans, tome 4.djvu/371

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE IX.


Le ministère du 11 octobre sourdement miné ; intrigues de Cour. — Signification de la brochure Rœderer. — Politique de M. Duvergier de Hanranne et de ses amis ; vices de cette politique. — Secrètes menées pour l’établissement du gouvernement personnel. — Embarras ministériels. — Le parti parlementaire pousse M. de Broglie à la présidence ; résistance de M. Thiers. — Reconstitution du ministère du 11 octobre sous la présidence de M. de Broglie. — Désappointement de la Cour. — Le traité des 25 millions remis sur le tapis. — Message insolent du président Jackson. — M. Serrurier est rappelé. — Dépêches ministérielles combattues, par une mission secrète. — Attitude du Congrès américain. — Débats relatifs au traité. — Il est voté par les deux Chambres.


En votant l’ordre du jour motivé, la Chambre avait voulu affermir pour long-temps le ministère du octobre. Et, pourtant, l’année 1835 commençait à peine, que déjà ce ministère menaçait ruine. Le majorité qui l’avait si énergiquement soutenu était travaillée par de sourdes menées. Le tiers-parti comptait dans ses rangs des hommes qui, comme M M. Sauzet et Passy, ne manquaient ni de talent ni de consistance. Or cette ligue, dont M. Dupin aîné était l’âme, s’agitait en tous sens, complotait dans le demi-jour des couloirs, brouillait les affaires, harcelait le Cabinet par de continuelles taquineries, et tenait l’Opposition en baleine par l’appui flottant qu’elle prêtait à ses attaques.