Page:Botrel - Contes du lit-clos, 1912.djvu/34

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



« J’exige de toi la promesse
« De me donner tout Breton mort
« Le Dimanche, entre la Grand’Messe
« Et les Vêpres, dans tout l’Armor !

« Mais, si tu brises notre pacte,
« C’est ton âme, à toi, que j’aurai !…
« Est-ce convenu ? Voici l’acte ;
« Allons, signe-le sans regret !… »

L’Abbé, derrière ses lunettes,
Pria sainte Anne et saint Yvon,
Cherchant par quels moyens… honnêtes
Il pourrait « rouler » le Démon ;

Puis, le plus simplement du monde,
Il signa l’acte tout-puissant
De sa belle écriture ronde,
Avec une goutte de sang.

Après quoi, d’un peu d’eau bénite
Il aspergea le vieux fauteuil…
Et Satan se leva bien vite
Et disparut en un clin d’œil !

Le reste de la nuit s’écoule
Pour le Recteur, en oraisons…
… Mais voilà qu’au matin la Foule,
Stupéfaite, sort des maisons !

Contemplant, ferme sur sa base,
La flèche, droite comme un I,
Chacun disait comme en extase :
« Elle se perd dans l’Infini ! »