Page:Buckland - La Géologie et la Minéralogie dans leurs rapports avec la théologie naturelle, 1838, tome 1.djvu/107

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
85
RAPPORT DE LA TERRE AVEC L’ESPÈCE HUMAINE.

ils découvrent les restes ensevelis dans l’écorce du globe ; et ils réclament, pour le créateur de ces types fossiles sous lesquels se manifestèrent les premiers mécanismes vitaux, les mêmes hauts attributs de sagesse et de bonté dont la démonstration devenue l’œuvre de la science rehausse et sanctifie ses travaux et ses recherches sur l’organisation du monde des êtres vivans.





Chapitre X.


Rapports de la terre et des êtres qui l’habitent avec l’espèce humaine.


Il résulte de ce que nous avons établi dans les chapitres qui précèdent que les conditions dans lesquelles se trouve maintenant placée la surface de notre globe sont le résultat de l’action de cinq grandes causes principales, qui sont :

1° Le passage des roches cristallines non stratifiées de l’état fluide à l’état solide ;

2° Le dépôt des roches stratifiées au fond des anciennes mers ;

3° L’exhaussement des unes et des autres au dessus du niveau des eaux à des intervalles successifs, exhaussement auquel est due la formation des continens et des îles ;

4° Des inondations violentes et l’action désintégrante des agens atmosphériques. Cette double cause, en attaquant les terres déjà sorties des eaux, les détruisit en partie, et de leurs détritus se formèrent d’immenses couches de gravier, de sable et d’argile ;