Page:Chamfort - Œuvres complètes éd. Auguis t2.djvu/17

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


6 OEUVRES

alla, tandis que M. de Bissy y était avec des filles: il lui fit refuser la porte. Les fruitières de la rue de Sèvres s’assemblèrent autour de son carrosse, disant : « C’est bien vilain de refuser la maison à la princesse qui paie, pour y donner à souper à des filles de joie ! »

— Un homme, épris des charmes de l’état de prêtrise, disait: « Quand je devrais’ être damné, il faut que je me fasse prêtre. »

— Un homme était en deuil de la tête aux pieds: grandes pleureuses, perruque noire, figure allongée. Un de ses amis l’aborde tristement : «Eh ! bon Dieu ! qui est-ce donc que vous avez perdu ? — Moi, dit-il, je n’ai rien perdu ; c’est

’que je suis veuf. »

— Madame de Bassompierre, vivant à la cour du roi Stanislas, était la maîtresse connue de M. de la Galaisière, chancelier du roi de Pologne. Le roi alla un jour chez elle, et prit avec elle quelques libertés qui ne réussirent pas : « Je me tais, dit Stanislas ; mon chancelier vous dira le reste. ;>

— Autrefois on tirait le «âteau des rois avant le repas. M. de Fontenelle fut roi ; et comme il négligeait de servir d’un excellent plat qu’il avait devant lui, on lui dit : « Le roi oublie ses sujets.» A quoi il répondit : « Voilà comme nous sommes, nous autres. »

— Quinze jours avant l’attentat de Damiens, un négociant provençal, passant dans une petite ville à six lieues de Lyon, et étant à l’auberge.