Page:Chamfort - Œuvres complètes éd. Auguis t2.djvu/19

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


8 caîDVRiiis

qui, ce jour là, venait au Châtelet : « Comment !

dit-il naïvement, est-ce qu’il est arrêté ? »

— M. de Roquemont, dont la femme était très-galante, couchait une fois par mois dans la chambre de madame, pour prévenir les mauvais propos, si elle devenait grosse, et s’en allait en disant ; « Me voilà net ; arrive qui plante. »

— M. de...., que des chagrins amers empê- chaient de reprendre sa santé, me disait : « Qu’on me montre le fleuve d’Oubli, et je trouverai la fontaine de Jouvence. »

— On faisait une quête à l’académie française ; il manquait un écu de six francs ou un louis d’or. Un des membres, connu par son avarice, fut soupçonné de n’avoir pas contribué ; il soutint qu’il avait mis; celui qui faisait la collecte dit : «Je ne l’ai pas vu ; mais je le crois. « M. de Fontenelle termina la discussion en disant : « Je l’ai vu, moi ; mais je ne le crois pas. «

— L’abbé Maury, allant chez le cardinal de la Roche-Aymon, le rencontra revenant de l’assem- blée du clergé. Il lui trouva de l’humeur et lui en demanda la raison. « J’en ai de bien bonnes, dit le vieux cardinal : on m’a engagé à présider cette assemblée du clergé, où tout s’est passé on ne saurait plus mal ; il n’y a pas jusqu’à ces jeunes agens du clergé, cet abbé de la Luzerne, qui ne veulent pas se payer de mauvaises raisons. »

— L’abbé Raynal, jeune et pauvre, accepta une messe à dire tous les jours pour vingt sous :