Page:Chamfort - Œuvres complètes éd. Auguis t2.djvu/22

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


DT. CHAMFORT. 1 f

nêtre : « Je puis bien descendre, dit-il, par où je suis monté si souvent. »

— M. le duc de Choiseul était du jeu de Louis XV, quand il fut exilé. M. de Chauvelin, qui en était aussi ; dit au roi qu’il ne pouvait le continuer, parce que le duc en était de moitié. Le roi dit à M. de Chauvelin : « Demandez-lui s il veut continuer...» M. de Chauvelin écrivit à Chan- teloup : j\I. de Choiseul accepta. Au bout du mois, le roi demanda si le partage des gains était fait. « Oui, dit 31. de Chauvelin ; M. de Choiseul gagne trois mille louis. — Ah ! j’en suis bien aise, dit le roi ; mandez-le lui bien vite. »

— «L’amour, disait M, devrait n’être le

plaisir que des âmes délicates. Quand je vois des hommes grossiers se mêler d’amour, je suis tenté de dire : « De quoi vous mélez-vous? » Du jeu, de la table, de l’ambition à cette canaille ! »

— Ne me vantez point le caractère de N.... : c’est un homme dur, inébranlable, appuyé sur une philosophie froide, comme» une statue de bronze sur du marbre.

— « Savez-vous pourquoi, me disait jNI. de...., on est plus honnête, en France, dans la jeunesse et jusqu’à trente ans, que passé cet âge? c’est que ce n’est qu’après cet âge, qu’on s’est détrompé ; que chez nous, il faut être enclume ou marteau ; que l’on voit clairement que les maux dont gémit la nation sont irrémédiables. Jusqu’alors, on avait ressemblé au chien qui défend le dîner de sou