Page:Dickens - Nicolas Nickleby, trad. La Bédollière, 1840.djvu/179

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


retira. Les lumières disparurent par degrés ; le dernier bulletin annonça que madame Kenwigs était aussi bien qu’elle pouvait l’être, et toute la famille reposa.


CHAPITRE XXIX.

Catherine Nickleby commençait à jouir d’une tranquillité qu’elle n’avait pas depuis longtemps goûtée, même passagèrement. Vivant sous le même toit qu’un frère dont elle avait été si brusquement séparée, délivrée des persécutions qui pouvaient lui mettre la rougeur au front et l’inquiétude au cœur, elle semblait avoir repris une nouvelle vie. Sa gaieté était revenue.

C’est ce que pensa miss la Creevy lorsque la maison eut été mise en ordre de la cave au grenier, et que la petite femme active eut enfin le temps de songer à ceux qui l’habitaient.

— Depuis que je suis ici, dit-elle, je n’ai été occupée matin et soir que de marteaux, de clous, de tenailles et de tournevis. — Vous n’avez jamais le temps de penser à vous, je crois, répondit Catherine en souriant. — Mon Dieu, non, ma chère ; j’ai tant d’occasions de penser aux autres. — Savez-vous que je remarque un grand changement chez une personne de cette maison, un changement très-extraordinaire ? — Chez qui ? chez mon frère ? — Non, ma chère ; c’est toujours le même homme, bon et affectueux, un peu irritable parfois, tel qu’il était lorsque je vous ai connue ; mais Smike, le pauvre garçon ! car il ne veut pas de monsieur devant son nom, Smike est bien changé depuis peu. — En quoi ? se porte-t-il plus mal ? — Pas précisément, quoiqu’il soit faible et malingre, et qu’il ait une mine que je ne voudrais vous voir pour rien au monde. — En quoi donc ? — Je le sais à peine, dit l’artiste en miniature ; mais je l’ai observé, et il m’a souvent fait venir les larmes aux yeux ; ce qui du reste n’est pas bien difficile, car je m’attendris aisément. Je crois pourtant qu’en cette circonstance il y a réellement de quoi pleurer. Depuis qu’il est ici, j’en suis sûre, il est plus intimement convaincu de la faiblesse de son intelligence, il la sent davantage, il est affligé de divaguer parfois et de ne pouvoir comprendre des choses qui sont fort simples ; je l’ai épié, ma chère, quand vous n’étiez pas auprès de lui ; il était rêveur, concentré, et si triste que sa vue m’était pénible ; il se levait brusquement et quittait la chambre, et son abattement était tel que je ne saurais vous dire le mal qu’il me causait. Il n’y a pas trois semaines, il était alerte, éveillé, plein d’insouciance et de joie ; maintenant c’est un autre individu.