Page:Dickens - Nicolas Nickleby, trad. La Bédollière, 1840.djvu/203

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cours à mon élève fugitif ? — Moi ! … eh bien ! oui, c’est moi ; après ? — Vous l’entendez, mon enfant, dit Squeers prenant sa fille à témoin ; il en convient ! — Je dirai plus, s’écria John, si un autre de vos élèves se sauvait, je recommencerais ; si vingt de vos élèves se sauvaient, je recommencerais vingt fois. Je dirai plus, maintenant que je suis échauffé, je vous dirai que vous êtes un vieux coquin : et bien vous prend d’être vieux, car je vous aurais écrasé quand vous êtes venu conter à un honnête homme comment vous vous étiez emparé de ce pauvre diable. — Un honnête homme ! s’écria Squeers ironiquement. — Oui, un honnête homme, qui n’a à se reprocher que d’avoir mis les pieds sous la même table que vous. — Des injures, dit Squeers d’un air de triomphe. J’ai deux témoins ; nous vous tenons, Monsieur. Ah ! je suis un coquin ! (M. Squeers tira son portefeuille, et consigna le fait dans une note.) Très-bien, ce mot vous coûtera vingt livres aux prochaines assises, Monsieur. — Aux assises ? vous feriez mieux de n’en pas parler. Les maîtres d’école d’Yorkshire ont eu souvent des démêlés avec la justice, et c’est un sujet sur lequel il est prudent de vous taire.

M. Squeers, blême de colère, secoua la tête d’une manière menaçante, donna le bras à sa fille, prit le petit Wackford par la main, et battit en retraite vers la porte.

— Je ne crains rien, répondit Nicolas en haussant les épaules. — Nous verrons, répliqua Squeers avec un regard diabolique ; maintenant partons. — Je quitte à jamais cette société, dit miss Squeers avec hauteur, l’air qu’elle respire est un poison pour moi. Pauvre M. Browdie, je le plains ; on l’abuse ! Ô artificieuse Mathilde !

Après cette dernière explosion de majestueux emportement, miss Squeers sortit de la chambre. Elle avait soutenu sa dignité jusqu’au bout ; mais on l’entendit sangloter dans le corridor.

John Browdie, la bouche ouverte, promena un moment ses regards de sa femme à Nicolas. Sa main tomba par hasard sur le cruchon de bière, il le prit ; sa figure disparut un instant derrière, puis il le tendit à Nicolas et sonna.

- Alerte, garçon ! dit-il précipitamment, préparez-nous quelques grillades pour le souper ; un bon plat, copieux, pour dix heures. Apportez de l’eau-de-vie, de l’eau et des pantoufles, les plus grandes de la maison. Dieu merci ! nous n’aurons pas à sortir aujourd’hui pour aller chercher personne, et nous passerons tranquillement la soirée.

Et il se frotta les mains.