Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/42

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
XXXII
RAPPORT

par M. Cottenot, par M. Labouchère qui ont laissé au Musée, par testament, de magnifiques séries d’armes, de meubles et d’ustensiles de guerre et de chasse des xve et xvie siècles ; — tel aussi le legs du baron Des Mazis auquel le Musée doit une nombreuse et brillante réunion d’objets en fer travaillé et en serrurerie d’une valeur inappréciable ; celui de M. d’Affry de la Monnoye, qui a laissé à l’Hôtel de Cluny sa collection de jetons anciens, laquelle ne comprenait pas moins de six mille pièces relatives à l’histoire de France et principalement à celle de la ville de Paris ; et enfin le beaux legs de M. Jauvin d’Attainville, composé de ce qu’il avait réuni de pièces précieuses en bijoux, émaux, broderies, faïences italiennes, matières rares, etc. ; puis, tout récemment celui de M. Henri Gérard, comprenant plus de deux cents pièces, meubles, bois sculptés, bas-reliefs, faïences italiennes et françaises, etc.

En dehors de ces legs qui ont enrichi le Musée d’ensembles sur l’importance desquels il serait superflu d’insister, d’autres objets isolés, dont quelques-uns d’une grande valeur, lui ont été remis en vertu de dispositions testamentaires, tels que le grand émail du roi René légué par Mme veuve Labadie, des beaux meubles, des peintures, des marbres, des bijoux, des émaux, des instruments de musique laissés par Mme veuve Bourquelot, MM. Alfred Say, Charbonnel, Bonneau, Lafosse, Laurent, Villemain, Claude Polissard, Boissard de Boisdenier, Arthur Poussier, Frédéric Peyton, Ismérie Petit, Dr Pech de Narbonne, Mme veuve Grillon, Mlle Morand, M. Fabien Lambert.

Tout le monde a pu voir à l’Exposition universelle de 1878 le grand et beau modèle du château de Pierrefonds exécuté sous la direction de M. Viollet-le-Duc et qui donne l’idée la plus exacte de cet intéressant spécimen de l’architecture militaire française du xve siècle ; ce modèle en pierre de Saint-Pierre-Aigle vient d’être donné au Musée par M. Mozet, entrepreneur des travaux de Pierrefonds et MM. Mesureur et Monduit fils ont tenu à honneur de le compléter en exécutant tous les ouvrages de plomberie, crêtes, épis, poinçons, etc. ; nous lui avons consacré une des salles du rez-de-chaussée de l’Hôtel de Cluny.

Nous voudrions pouvoir mettre ici sous vos yeux les noms des personnes qui nous ont enrichis de leurs dons et parmi