Page:Encyclopedie Planches volume 4.djvu/131

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


marqué aux plans, un canal extérieur depuis la lumiere jusqu'à l'écu des armes de Sa Majesté, d'une ligne de profondeur & de six lignes de large, pour éviter que le vent ne chasse la traînée de poudre.

La visiere & le bouton de mire seront supprimés.

VI.

Les pieces continueront d'être coulées par la volée.

VII.

Le poids, tant des pieces de canon, que des mortiers & pierriers, l'année, le quantieme du mois de la fonte, & le nom du fondeur, seront marqués sur la piece.

VIII.

On observera de numéroter sur l'un des tourillons, par premiere, deuxieme, troisieme & quatrieme, les pieces, mortiers & pierriers de chaque fonte.

IX.

Il y aura un officier présent à la charge du fourneau de chaque fonte, lequel tiendra un état du poids de chaque espece de métal, neuf ou vieux, qui sera employé; & il ne pourra quitter qu'après l'entiere coulée des pieces de canon, mortiers & pierriers.

Les fondeurs ne pourront faire battre les pieces, mortiers & pierriers, avec le marteau, en sortant de la fonte & avant que l'épreuve en ait été faite.

XI.

L'épreuve des pieces de canon sera faite de la maniere suivante. Les pieces seront mises à terre, appuyées seulement sous la volée, près les tourillons, sur un morceau de bois ou chantier; elles seront tirées trois fois de suite avec des boulets de leur calibre, la premiere fois chargées de poudre à la pesanteur du boulet, la seconde aux trois quarts, & la troisieme aux deux tiers. Si la piece soutient cette épreuve, on y brûlera de la poudre pour la flamber; & aussi-tôt, en bouchant la lumiere, on la remplira d'eau que l'on pressera avec un bon écouvillon, pour connoître si elle ne fait point eau par quelque endroit. Après ces deux épreuves, on examinera avec le chat & une bougie allumée, ou le miroir lorsqu'il fera soleil, s'il n'y a point de chambres dans l'ame de la piece, si les métaux sont bien exactement partagés, & si l'ame de la piece, qui doit être droite & concentrique, n'est point égarée & ondée.

XII.

Les mortiers seront éprouvés comme ci-après. On commencera par les examiner en grattant, avec un instrument bien acéré, les endroits où l'on soupçonnera qu'il y a quelque défaut; ceux où l'on n'en aura pas reconnu qui soit capable de les faire rebuter, seront mis sur leur culasse en terre, les tourillons appuyés sur des billots de bois, pour empêcher qu'ils ne s'enterrent; on les fera tirer trois fois avec des bombes de leur diametre, la chambre remplie de poudre & les bombes pleines de terre mêlée de scieure de bois; ensuite on bouchera la lumiere & on remplira le mortier d'eau, pour voir s'il s'y est fait quelque évent ou ouverture; & après l'avoir fait laver, on le visitera de nouveau avec le grattoir pour connoître s'il n'y a point de chambres.

XIII.

Les canons, mortiers & pierriers qui ne seront pas suivant les dimensions prescrites par la présente Ordonnance, & les canons & mortiers auxquels les officiers d'artillerie, qui seront chargés des épreuves, reconnoîtront des défauts capables de nuire au service des pieces, seront rébutés, les anses en seront cassées sur le champ & les fondeurs ne pourront rien prétendre pour la façon.

XIV.

Il sera dressé des procès-verbaux des épreuves, examens & visites ci-dessus ordonnées, dans lesquels les officiers d'artillerie expliqueront la maniere dont ils y auront procédé, les défauts qu'ils auront reconnus aux pieces éprouvées, soit qu'ils jugent qu'ils doivent faire rebuter la piece, ou que nonobstant les défauts reconnus elle doit être reçue; & il y sera fait mention du nombre & de la qualité des pieces de canon & mortiers qui auront été reçus ou rebutés.

Mande & ordonne Sa Majesté à M. le duc du Maine, grand-maître de l'artillerie de France, de tenir la main à l'exécution de la présente Ordonnance. Fait à Fontainebleau le septieme Octobre mil sept cent trente-deux. Signé LOUIS. Et plus bas, Bauyn.

Nota. On trouvera l'ordonnance relative à la maniere d'éprouver la poudre à canon, aux explications des Planches qui en représentent la fabrication, ainsi que l'extraction du salpêtre.


PLANCHE VI. VII. & VIII.

Ces trois Planches, dont l'explication sera conjointe, contiennent, la premiere qui est la VI. les plans & décorations des pieces de 24, 16, 12, 8 & 4; la deuxieme qui est la VII. les coupes des cinq calibres; & la troisieme, qui est la VIII. les épures ou premiers traits des pieces.

FONDERIE DES CANONS. |PLANCHE VI. VII. & VIII. |PLANCHE VI. PLANCHE VI.

Fig. 1. Élévation ou dessus de la piece de 24 livres de boulet.

2. Élévation ou dessus de la piece de 16 livres de boulet.

3. Élévation ou dessus de la piece de 12 livres de boulet.

4. Élévation ou dessus de la piece de 8 livres de boulet.

5. Élévation ou dessus de la piece de 4 livres de boulet.

6. Représentation de la culasse de la piece de 24 liv. de boulet. On a écrit auprès de chaque figure, en chiffres romains, le nombre qui exprime le poids des boulets destinés pour les pieces que ces chiffres accompagnent.


PLANCHE VII.

Fig. 1. Coupe verticale de la piece de 24.

2. Coupe verticale de la piece de 16.

3. Coupe verticale de la piece de 12.

4. Coupe verticale de la piece de 8.

5. Coupe verticale de la piece de 4.

6. Représentation de la culasse de la piece de 16 liv. de boulet.


PLANCHE VIII.

Fig. 1. Épure horisontale de la piece de 24.

2. Épure horisontale de la piece de 16.

3. Épure horisontale de la piece de 12.

4. Épure horisontale de la piece de 8.

5. Épure horisontale de la piece de 4.

6. Représentation de la culasse de la piece de 12 liv. de boulet.

7. Représentation de la culasse de la piece de 8 liv. de boulet.

8. Représentation de la culasse de la piece de 4 liv. de boulet.

Traits pour la construction des pieces de 24, 16, 12, 8, & 4.

Toute la longueur des pieces, prise depuis l'extrémité