Page:Esope trad Corrozet.djvu/26

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
6

Loué vertu, blasmé faictz deshonnestes,
Introduisant oyseaulx, poissons et bestes,
Pour reformer les hommes mal vivantz,
D’iniquité les traces ensuyvantz.
Et leur donner une reigle de vivre
Non pour péché, mais pour la raison suyvre.

C’est le premier qui du temps tres-antique
A inventé tel stille poeticque,
Duquel aussi des saiges les plus vieulx
Ont ensuyvy les dictz tant précieux;
Mesmes Platon le divin a escript
Que Socrates, prés de rendre l’esprit,
Pour son vieil aage, escripvoit en beaulx vers
Ses dictz moraulx et ses comptes divers ;
Et après luy plusieurs aultres n’ont eu
Honte d’avoir ainsi painct la vertu
Et le péché, affin qu’expérience
Aydast à l’homme à trouver sapience.

Voyla que c’est, et dont seray joyeux
S’il peult venir ung jour devant tes yeulx.

Dieu, qui les Roys faict sur tous dominer,
Te doint ce bien d’heureusement régner
A l’advenir, comme maistre et seigneur,
A ton salut, à sa gloire et honneur.

PLUS QUE MOINS.