Page:Flaubert - Bouvard et Pécuchet, éd. Conard, 1910.djvu/453

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Jocrisses :

Sitôt qu’un Français a passé la frontière, il entre sur le territoire étranger.

(L. Havin. Courrier du Dimanche.)

15 décembre.

Quand la borne est franchie, il n’est plus de limites.

Ponsard.


Imbéciles :

L’épicerie est respectable. C’est une branche du commerce. L’armée est plus respectable encore, parce qu’elle est une institution dont le but est l’ordre.

L’épicerie est utile, l’armée est nécessaire.

(Jules Noriac. Les Nouvelles.)

26 octobre 1865.

L’aptitude de Gustave Flaubert pour découvrir ce genre de bêtises était surprenante, dit Maupassant. Un exemple est caractéristique.

En lisant le discours de réception de Scribe à l’Académie française, il s’arrêta net devant cette phrase qu’il nota immédiatement :

La comédie de Molière nous instruit-elle des grands événements du siècle de Louis XIV ? Nous dit-elle un mot des erreurs, des faiblesses ou des fautes du grand roi ? Nous parle-t-elle de la révocation de l’Édit de Nantes ?

Il écrivit au-dessous de cette citation :

Révocation de l’Édit de Nantes, 1685.
Mort de Molière, 1673.

En dehors de ces citations, nous devons mentionner celles contenues dans l’album (voir p. 406) sur lequel une main amie, celle de M. Jules Duplan, croyons-nous, a recopié, également d’après nos grands auteurs, tous les exemples de style d’un grotesque incomparable. Quelques citations sont précédées d’une croix, indiquant probablement la décision de Flaubert de les utiliser. Nous donnons les principales :

Elle avait des rayons d’août dans les yeux, des parfums de tubéreuse dans le cœur, des ondoiements de blé mûr dans tout elle.

Louise Valory.