Page:Glatigny - Vers les saules, 1870.djvu/25

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


Scène iv. . i] SCÈNE IV. H£^X./£TT£. Aux branches De ces arbres, jadis pleines de gai r es franches. J’ai pendu bien des fois mon mantelet. Souvent J’ai couru, les cheveux soulevés par le vent, Sur ces bords. Il baisait mes tresses répandues En ondes sur mon col. Vous ètes-vous perdues, Belles heures d’amour que je cherche partout? O Sèvres, Romainville, 6 Aleudon, Alontretout, Jardins, 6 parcs semés de roses, sources pures. Forêts dont le soleil colorait les guipures De feuilles et de Jleurs! Je suis triste aujourd’hui. C’est qu’alors il était près de mes cotés, lui! Pourquoi l’ai-je quitté? Dans ce mois de décembre, Quand il s^est trouvé seul en sa petite chambre, Quel froid l’a dà saisir alors! pauvre chéri, Comme il a dû souffrir! tout seul! Est-il guéri? Ah! sans doute qu’il a pris une autre maîtresse. Comme j’arracherais les yeux de la traîtresse, Si je la rencontrais quelque jour à son bras! Oh! dans mon cœur, Henri, dans mon cœur tu vivras. Eternel souvenir des heures amoureuses , Souvenir éternel des heures bienheureuses !