Page:Gouges - L esclavage des noirs (1792).djvu/53

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
SCÈNE VI


M. ET Mme DE SAINT-FRÉMONT



LE JUGE.

MONSIEUR, je viens vous apprendre que les criminels ſont pris.


Mme DE SAINT-FRÉMONT.

Comment ! ſi tôt ! le tems auroit pu effacer leur crime.


M. DE SAINt-FRÉMONT,

affligé.

Quel affreux exemple je ſuis obligé de donner !


LE JUGE.

Rappellez-vous, Monſieur, dans cette circonſtance la diſgrace de votre beau-père. Il fut contraint de quitter ſa place pour l’avoir exercée avec trop de bonté.


M. DE SAINT-FRÉMONT,

à part.

Malheureux Zamor, tu vas périr ! je n’ai donc élevé ton enfance que pour te voir un jour traîner au ſupplice. ( Haut. ) Que mes ſoins lui deviennent funeſtes ! ſi je l’avois