Page:Gouges - L esclavage des noirs (1792).djvu/58

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
SCÈNE VIII


Mme DE SAINT-FRÉMONT, BETZI
accourant



Mme DE SAINT-FRÉMONT.

Qu’y-a-t-il de nouveau, Betzi ?


BETZI,

avec exaltation.

Monſieur le Gouverneur n’eſt point ici ?


Mme DE SAINT-FRÉMONT.

Non, il vient de ſortir, parle donc ?


BETZI.

Ah ! laiſſez-moi reprendre mes ſens… Nous étions ſur la terraſſe ; de tems en tems nous jettions triſtement les yeux vers l’habitation. Nous voyons arriver de loin le père de Mirza avec un autre Eſclave ; au milieu d’eux étoit une étrangère, les cheveux épars & la douleur peinte ſur ſon viſage : ſes yeux étoient fixés vers la terre, & quoiqu’elle marchât vite , elle avoit l’air fort occupée. Lorſqu’elle a été près de nous, elle a demandé Mme de Saint-Frémont. Elle nous a appris que Zamor l’a ſauvée de la fureur des flots. Elle