Page:Gouges - L esclavage des noirs (1792).djvu/59

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

a ajouté : je mourrai aux pieds de M. le Gouverneur, ſi je n'obtiens ſa grâce. Elle veut implorer votre ſecours. La voici.

SCÈNE IX


LES PRÉCÉDENTES, SOPHIE, ſuivie
de tous les eſclaves



SOPHIE,

ſe jettant aux genoux de Mme de Saint-Frémont.

Madame, j’embraſſe vos genoux. Ayez pitié d’une malheureuſe étrangère qui doit tout à Zamor, & n'a d’autre eſpoir qu’en vos bontés.


Mme DE SAINT-FRÉMONT,

à part

Ah ! je reſpire. (Haut, en la relevant.) Levez-vous, Madame, je vous promets de faire tout ce qui ſera en mon pouvoir. (À part.) Sa jeuneſſe, ſa ſenſibilité, touchent mon cœur à un point que je ne puis exprimer. (À Sophie.) Étrangère intéréſſante , je vais tout employer pour vous faire accorder la grâce que vous exigez de mon époux. Croyez que je partage vos douleurs. Je ſens combien ces infortunés vous doivent être chers.