Page:Gouges - L esclavage des noirs (1792).djvu/60

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




SOPHIE.

Sans le ſecours de Zamor, auſſi intrépide qu’humain, je périſſois dans les flots. Je lui dois le bonheur de vous voir. Ce qu’il a fait pour moi lui aſſure dans mon cœur les droits de la Nature ; mais ces droits ne me rendent point injuſte, Madame, & le témoignage qu’ils rendent à vos rares qualités fait aſſez voir qu’ils ne ſont point reprochables d’un crime prémédité. Quelle humanité ! Quel zèle à nous ſecourir ! Le ſort qui les pourſuit devoit plutôt leur inſpirer la crainte que la pitié ; mais, loin de ſe cacher, Zamor a affronté tout péril. Jugez, Madame, ſi avec ces ſentimens d’humanité, un mortel peut être coupable ; ſon crime fut involontaire, & c’eſt faire juſtice que de l’abſoudre comme innocent.


Mme DE SAINT-FRÉMONT,

aux Eſclaves.

Mes enfans, il faut nous réunir avec les Colons, & demander la grâce de Zamor & de Mirza. Nous n’avons pas de tems à perdre : (À Sophie.) & vous, que je brûle de connoître, vous êtes Françoiſe, peut-être pourriez-vous…… mais les momens nous ſont chers. Retournez auprès de ces infortunés ; Eſclaves, accompagnez ſes pas.