Page:Graffin - Nau - Patrologia orientalis, tome 2, fascicule 2, n°7 - Les Apocryphes Coptes.djvu/44

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


[TEXTE COPTE]


Mathias dit à Jésus : « Rabbi, tu vois ce coq. Lorsque les Juifs me virent le tuer, ils dirent : « On tuera ton maître comme ce coq. »

Jésus sourit. Il dit : « Ô Mathias, la parole qu’ils ont dite, ils l’accompliront. Ce coq donnera le signal avant la lumière se levant. C’est le type de Jean-Baptiste qui a annoncé devant moi. Moi je suis la lumière véritable qui n’a en elle rien de ténébreux. Quand ce coq est mort, on a dit sur moi que je mourrais, moi aussi que Marie a fait être dans son sein. J’y ai résidé avec les Chérubins et les Séraphins. Je suis sorti du ciel des cieux sur la terre. Il fut dur pour la terre de pouvoir porter ma gloire. Je suis devenu homme pour vous.

« Maintenant donc ce coq ressuscitera. »

Jésus toucha le coq et lui dit : « Je te dis, ô coq, de vivre, comme tu l’as fait. Que des ailes te poussent et que tu voles en l’air, afin d’avertir du jour où on me livrera. »

Se leva le coq sur le plat. Il s’échappa.

Jésus dit à Mathias : « Voilà que l’oiseau que tu as immolé il y a trois heures est ressuscité. On me crucifiera ; et mon sang sera le salut des nations ; (et je ressusciterai le troisième jour)… » …………………………