Page:Graffin - Nau - Patrologia orientalis, tome 2, fascicule 2, n°7 - Les Apocryphes Coptes.djvu/60

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


[TEXTE COPTE]


C’est pourquoi il appela les grands des Juifs et leur dit : « Vous croyez que c’est le Nazaréen ? » Ils dirent : « Nous le croyons. » Il dit : « Il convient de placer son corps dans son tombeau comme on le fait pour tous les morts[1]. »


16e FRAGMENT


Lorsqu’il vit ces apôtres, il se leva. Il les appela.

Il dit : « Ayez pitié de ma misère. »

Il se tourna vers Pierre et lui dit : « Je t’en prie, aie pitié de moi. Souviens-toi du moment où la portière discuta avec toi en disant : « Tu es un « disciple de Jésus. » Moi je l’ai réprimandée. Maintenant donc, mon père Pierre, ne me laisse pas mourir dans ce tourment. »

Pierre lui dit : « Cette puissance ne nous appartient pas ; mais si tu crois en Dieu et en son fils unique, Jésus-Christ que la Vierge a enfanté, (tu obtiendras grâce). »

Ce grand prêtre répondit : « Nous savons, nous aussi, que c’est le fils de

  1. Malheureusement, la suite contenant sans doute la résurrection et le témoignage du voleur mort a disparu dans une nouvelle lacune, cette fois définitive.