Page:Gustave Flaubert - La Tentation de Saint-Antoine.djvu/224

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


La Logique. Où est-ce écrit ? Mais toi, qui t’aime au monde ? Et qui aimes-tu ? Est-ce ce porc immonde avec lequel, pour passer le temps, tu voudrais pouvoir t’entretenir ?

ANTOINE.

C’est vrai ! Personne ! Je n’ai personne sur qui, quand je suis las, faire reposer le poids de moi-même. La Logique. Il te faudrait quelqu’un… un ami… vous vous perfectionneriez l’un l’autre.

ANTOINE.

Un ami ? Non ! La Logique. Si tu avais des tablettes au moins, c’est un passe-temps, tu mettrais dessus tes pensées, ce qui te vient à l’idée. L’Envie. Mais tu ne sais pas écrire, tu n’as pas voulu apprendre. La Logique. Il est trop tard maintenant.

ANTOINE.

Non, ce n’est pas de cela que j’ai besoin. La Luxure. Mais, en effet, il y a de grands saints qui sont mariés.

ANTOINE.

On le dit. La Logique. Pour faire son salut, est-ce la virginité du corps qui suffit ?