Page:Jean Paul - Pensées, 1829.djvu/15

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 11 —

cieux après les avoir fait sortir des abîmes de la terre. Poète, il donne un corps aux idées et une âme à la nature il chante la Divinité, la résurrection, et tes mystères d’une autre vie. Philosophe, naturaliste, peintre de mœurs, aucune merveille de la création ne lui échappe, et il sait saisir les ridicules de la vanité humaine jusque dans les replis les plus cachés. Comment le définir ? il offre à-la-fois tous les contrastes, et réunit les genres les plus opposés ce qu’on lui reproche quelquefois comme un manque de goût est souvent la source de ses beautés les plus saillantes.

Toutes les couleurs se mêlent sous son pinceau, et ses tableaux hardis nous ravissent toujours par leur éclat, malgré le désordre qui règne souvent