Page:Jean Paul - Pensées, 1829.djvu/29

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


–M–

ï

chrétien, une prière constante pour obtenir quelque chose.

Le timide a peur avant le danger, le Mche au milieu du danger, le courageux après le danger.

Le plus grand calme peut seul imprimer aux femmes le type du beau moral ; c’est ainsi que les plus belles cristallisations ne doivent la régularité qui en fait le prix, qu’à rimmoMMté des corps qui concourent à leur <bnnation.

La politique a beau se voiler à nos regards, elle montre au monde ses morts, ses champs de bataille, et ses fleuves dont le sang et les larmes marquent le coaM. C’est ainsi que les membres de la comrér : e des morts à Rome marchent MvêttM d’une longue robe blanche qui cache jusqu’à leur visage ; mais ils por