Page:Jean Paul - Pensées, 1829.djvu/34

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


–30–

pour jeter de la boue aux brebis et pour les chasser des mauvais pâturages.

e-e-<

La vie, comme l’eau de mer, ne s’adoucit qu’en relevant vers le ciel.

~e « 

La vertu des femmes ressemble à un instrut~ent à cordes ; on en jouit mieux dans la chambre. La vertu des hommes est un instrument à vent qui produit plus d’ettet en plein air.

~.e « ! <

Lorsque le vieux Motse voulut donner des lois sur le mont Sinaî, ? commença par jeûner. Nos législateurs modernes, au contraire, ont coutume dene travailler à leurs codes qu’après avoir fait un bon repas.

te.~