Page:Lermina - L’effrayante aventure.djvu/17

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


agréables… Il faut s’ingénier, chercher, trouver !…

— Entre nous, fit M. Lavaur, le sous-chef, nous savons bien que si le hasard ne s’en mêle pas, nous pataugerons dans le noir sans rien découvrir…

À ce moment précis, et comme dans les féeries à certaines paroles prononcées surgissent le personnage ou l’incident attendu, la porte du cabinet s’ouvrit et un inspecteur passa la tête :

— Patron, est-ce que vous êtes visible ?…

— C’est selon… s’il ne s’agit pas de quelque raseur…

— C’est un Anglais… qui se dit détective attaché à la préfecture de là-bas… et qui demande à vous parler…

Le chef et son subordonné échangèrent un rapide regard. Un détective anglais : est-ce qu’en effet le hasard se mettrait de leur parti.

— Son nom ?…

— Il m’a remis cette carte.

— Voyons…

M. Davaine prit le carré de bristol et lut :

— Bobby !… ce n’est pas un nom, cela ! mais un sobriquet. Enfin, faites entrer…