Page:Lermina - L’effrayante aventure.djvu/21

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Continuez donc, cher monsieur, fit Davaine avec son plus gracieux sourire. Tout ce que vous voulez bien me communiquer est d’un intérêt puissant et me fait bien augurer de la suite de votre discours… nous vous prêtons toute notre attention…

Cette allocution, de forme académique, plut fort à Bobby. Enfin on le traitait avec la considération méritée.

De la main, M. Davaine lui avait désigné une chaise : mais M. Bobby préférait rester debout, parce qu’il ne perdait rien de sa taille.

— J’ai tenu à vous faire bien comprendre, monsieur le chef de la Sûreté, que si je me présentais chez vous, c’était de ma propre volonté, sans y être contraint par aucune obligation professionnelle… je suis tout simplement un touriste, qui est venu visiter votre Paris — une belle ville, vraiment, fit-il avec un ton de condescendance — et qu’un mouvement de générosité toute spontanée entraîne à vous rendre un petit service…

— Trop bon, en vérité. Mais… seriez-vous assez aimable pour me rendre… ce petit service, le plus tôt possible… j’ai tant d’occupations que je suis un peu pressé…