Page:Lignon - Importance de la conformation de la tête sur les aptitudes du cheval.djvu/56

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 59 —

possibles d’après l’étude qu’on peut en faire et le jugement qui doit la suivre. Celles qui offriraient cette disposition, seraient donc les mieux conformées, celles qu’on doit préférer.

Dans tous les cas, et quelle que soit la conformation, l’emploi judicieux de la bride demande beaucoup de moelleux de la part du cavalier qui veut faire une bonne bouche. Il faut beaucoup de patience, d’attention, pas de saccades, l’usage gradué des rênes, calculé suivant un tact qui assure toujours le succès.

Souvent la maladresse des cavaliers détermine des lésions, des blessures, qui non-seulement empêchent l’usage de la bride, mais occasionne des maladies graves, telles que la carie des maxillaires, des exfoliations, des fistules qui empêchent les animaux de manger, et qui sont toujours difficiles à guérir. Il faut toujours s’en assurer dans les examens d’achat.


XI

SIGNES EXTÉRIEURS FAISANT CONNAITRE LES DÉFAUTS OU VICES DES ANIMAUX ; — LES MALADIES ; — LES FOURBERIES DES MAQUIGNONS.


Plusieurs organes de la tête peuvent offrir de précieuses indications, je vais passer en revue les principaux.

§ 1. Défauts ou vices des animaux.

Oreilles. — L’étude des mouvements des oreilles et l’attitude qu’elles prennent, fournissent le plus souvent des indices à peu près certains sur le caractère des animaux. Défiez-vous toujours du cheval qui, à l’approche de l’homme, coule ses oreilles sur la nuque ; il va mordre ou ruer. S’il