Page:Lignon - Importance de la conformation de la tête sur les aptitudes du cheval.djvu/70

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 73 —

les maquignons pourraient bien masquer ce vice par la section d’une rondelle de la dent ; mais alors, ils auraient travaillé pour leur perte, car le vice deviendrait par ce fait même rédhibitoire alors qu’il ne l’était pas.

Sous le point de vue de l’âge. Les dents sont utiles pour reconnaître les fraudes employées chez les marchands.

Pour tromper les acheteurs sur l’âge des animaux, pour les rendre plus vieux ou plus jeunes, les marchands emploient des procédés frauduleux faciles à découvrir.

Les chevaux ayant leur summum de valeur vers l’âge de quatre à six ans, les marchands de bas étage emploient quelques moyens pour donner aux sujets qu’ils exposent en vente, l’apparence qui les rapproche le plus de cet âge.

Lorsqu’ils veulent donner quatre ans au sujet qui n’en a que trois, on lui arrache les mitoyennes de lait ; mais la fraîcheur des pinces qui doivent avoir rasé, ne permet pas de se laisser tromper. Du reste, la plaie cicatrisée sans remplacement des dents, et l’état du coin examinés avec soin, ne laisse plus de doutes, si dans tous les cas on en avait jamais eu.

Pour ce qui est des fraudes ayant un but contraire à celui-ci, on peut aussi les reconnaître. La plus ordinairement employée pour rajeunir les chevaux, consiste à creuser sur la table des incisives, des cavités artificielles qui leur donnent l’apparence des dents de 7 à 8 ans. On creuse la cavité avec un burin, et on la noircit ensuite par l’emploi du fer rouge. En opérant ainsi, on veut imiter le cornet dentaire, mais on intéresse l’émail central qu’on fait sauter pour compléter la cavité ; il n’existe alors de l’émail qu’à la partie postérieure, et on ne voit plus le rebord saillant qu’il devrait former des autres côtés, l’émail résistant mieux à l’usure que les autres