Page:Meilhac et Halévy - Théâtre, VII.djvu/408

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Scène VI


JOSÉ, seul.

Qu’est-ce que cela veut dire, ces façons-là ?… Quelle effronterie !… (En souriant.) Tout ça, parce que je ne faisais pas attention à elle !… Alors, suivant l’usage des femmes et des chats, qui ne viennent pas quand on les appelle et qui viennent quand on ne les appelle pas, elle est venue… (Il regarde la fleur de cassie qui est par terre, à ses pieds ; il la ramasse.) Avec quelle adresse elle me l’a lancée, cette fleur !… là, juste entre les deux yeux !… ça m’a fait l’effet d’une balle qui m’arrivait… (Il respire le parfum de la fleur.) Comme c’est fort !… Certainement s’il y a des sorcières, cette fille-là en est une.

Entre Micaëla.

Scène VII

JOSÉ, MICAËLA.



MICAËLA.

Monsieur le brigadier ?


JOSÉ, cachant précipitamment la fleur de cassie.

Quoi ?… qu’est-ce que c’est ?… Micaëla !… c’est toi…


MICAËLA.

C’est moi !…


JOSÉ.

Et tu viens de là-bas ?…


MICAËLA.

Et je viens de là-bas… C’est votre mère qui m’envoie…