Page:Meilhac et Halévy - Théâtre, VII.djvu/431

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



ESCAMILLO.

Et bien ! Carmen ou la Carmencita, si je m’avisais de t’aimer et d’être aimé de toi, qu’est-ce que tu me répondrais ?


CARMEN.

Je répondrais que tu peux m’aimer tout à ton aise, mais que, quant à être aimé de moi pour le moment, il n’y faut pas songer !


ESCAMILLO.

Ah !


CARMEN.

C’est comme ça.


ESCAMILLO.

J’attendrai, alors, et je me contenterai d’espérer…


CARMEN.

Il n’est pas défendu d’attendre et il est toujours agréable d’espérer.


MORALÈS, à Frasquita et Mercédès.

Vous ne venez pas décidément ?


MERCÉDÈS et FRASQUITA, sur un nouveau signe de Pastia.

Mais non, mais non…


MORALÈS, au lieutenant.

Mauvaise campagne, lieutenant !…


LE LIEUTENANT.

Bah ! la bataille n’est pas encore perdue… (Bas, à Carmen.) Écoute-moi, Carmen : puisque tu ne veux pas venir avec nous, c’est moi qui, dans une heure, reviendrai ici…


CARMEN.

Ici ?…