Page:Meilhac et Halévy - Théâtre, VII.djvu/433

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



PASTIA, ouvrant une porte et appelant du geste.

Oui, les voici… tenez…

Entrent le Dancaïre et le Remendado. ­– Pastia ferme les portes, met les volets, etc., etc.

Scène IV

CARMEN, FRASQUITA, MERCÉDÈS, LE DANCAÏRE, LE REMENDADO.



FRASQUITA.

Eh bien, les nouvelles ?…


LE DANCAÏRE.

Pas trop mauvaises les nouvelles… Nous arrivons de Gibraltar…


LE REMENDADO.

Jolie ville, Gibraltar !… on y voit des Anglais, beaucoup d’Anglais… de jolis hommes, les Anglais… un peu froids, mais distingués…


LE DANCAÏRE.

Remendado !…


LE REMENDADO.

Patron ?…


LE DANCAÏRE, mettant la main sur son couteau.

Vous comprenez ?


LE REMENDADO.

Parfaitement, patron !…


LE DANCAÏRE.

Taisez-vous alors… Nous arrivons de Gibraltar, nous avons arrangé avec un patron de navire, le débarquement de marchandises anglaises. Nous irons les attendre près de la côte, nous en cacherons une partie dans la