Page:Mercure de France, t. 77, n° 278, 16 janvier 1909.djvu/8

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de la classe ouvrière ; et c’est un phénomène très frappant, en effet, que l’entrée d’un contingent serré de députés socialistes à la Chambre Cisleithane et la campagne menée par les socialistes transleithans pour l’extension du droit de vote aient justement coïncidé avec l’inauguration de la méthode ambitieuse et militante de M. d’Æhrenthal. — L’annexion de la Bosnie a suivi de très près le premier succès électoral décisif du prolétariat en Autriche.

La création d’une grande industrie dans l’Empire a provoqué encore un grossissement remarquable du budget, et cette augmentation des dépenses nationales n’est pas non plus spé­ciale à l’État des Habsbourg. Elle est un des effets inévitables et universels du régime capitaliste, qui apparaît essentielle­ment onéreux et exigeant. En 1896, les crédits qui étaient portés soit au budget autrichien, soit au budget hongrois, soit au budget commun, montaient au total à 2.350 millions En 1907, ils sautaient à 3.075 millions ; et la guerre et la marine s’inscrivaient dans cette majoration pour une part proportionnelle. Nul n’ignore, en effet,que les préparatifs de mobilisation contre l’Italie, dans le Trentin et le Tyrol du Sud, la construction de routes militaires et de forts ont coûté fort cher, et le rajeunissement de la flotte, prévu et préconisé par le chef de la marine, l’amiral Montecuccoli, réclamera sans doute des crédits plus lourds encore. Or, plus l’État prélève, pour ses besoins, sur la fortune publique, et plus la classe possédante, bien qu’elle ne supporte qu’une partie minime de ces prélèvements, est entraînée à stimuler la production et à développer les échanges. — Nous arrivons ainsi au fait capi­tal, qu’il s’agissait de mettre en lumière dans cet article : l’Au­triche-Hongrie, comme tous les pays envahis par l’industria­lisme, conquis par la transformation économique, dotés d’un outillage compliqué et onéreux, cherche des débouchés, — et ces débouchés, elle les saisit à coups de canons ou par la menace, lorsqu’ils se refusent. — Tout le secret de sa poussée en Orient est là.

Le commerce de l’Empire a progressé rapidement dans les dernières années, en même temps que son système de fabrication et son régime de transports. En 1894, ses échanges se chiffraient par 3.100 millions ; en 1897, par 3.300 ; en 1904, par 4-200 ; en 1905, par 4.500. Ses exportations (car ce sont