Page:Nadaillac - La Guadeloupe préhistorique, 1886.djvu/5

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
3
LA GUADELOUPE PRÉHISTORIQUE

Ils ont complètement disparu devant les Européens ; leurs derniers survivants à l’île Saint-Vincent, déjà dégénérées par le mélange de plus en plus commun du sang nègre, ont été déportés en masse par les Anglais sur la côte des Mosquitos en 1798. À côté de ces déportés involontaires, on retrouve encore aujourd’hui, au dire des voyageurs, des descendants de cette race remarquable dans le Nicaragua, dans les Guyanes, sur plusieurs points du bassin de l’Orénoque. Ils sont connus sous des noms différents, qui étaient sans doute ceux de leurs tribus primitives, les Galinis de la Guyane, les Calinas du Haut Orénoque par exemple[1].

Fig. 1. – 1/3 Gr.
Objet en marbre blanc veiné de bleu, trouvé à Sainte-Anne (Guadeloupe).

C’est sans doute aux ancêtres de ces Caraïbes que l’on doit les reliques qui ont été très remarquées à l’Exposition internationale de 1867 et qui sont devenues le point de départ de la collection de M. Guesde[2]. Les pièces qui forment cette collection ont été trouvées dans les Grandes et dans les Petites Antilles. Si elles proviennent pour la plupart de la Guadeloupe, il en est qui ont été recueillies à la Dominique[3], à la Martinique, à Sainte-Lucie, à Porto-Rico, à Saint-Domingue. Partout les types sont semblables, et la seule remarque à faire, c’est que les haches, très nombreuses dans les petites Antilles, le sont beaucoup moins dans les grandes.

  1. déformation. Il en est de même, si je ne me trompe, des crânes provenant des petites Antilles qui se trouvent au Muséum. Ajoutons que les premiers historiens de la conquête, Colomb lui-même, Améric Vespuce, Bernal Diaz, Las Casas, Pierre Martyr, ne font aucune mention de cette coutume. Oviedo (Hist. general y natural de Indias, l. II, cap. v ; l. XXII. cap. iii), qui écrivait en 1535, dit qu’à Saint-Domingue, au moment de la naissance, on exerçait une forte pression sur le front et l’occiput des enfants. Gomara (Hist. de las Indias, p. 172, 206 ; Madrid, 1852), répète ce même fait, mais comme Oviedo, il parle de Saint-Domingue qui n’était pas habité par les Caraïbes.

  2. Humboldt, Voyage aux régions équinoxiales ; d’Orbigny, l’Homme américain.
  3. Ces pièces appartenaient au père de M. Guesde.
  4. On sait que ce nom fut donné à l’île par Christophe Colomb, parce qu’elle avait été découverte un dimanche.