Page:Nerciat - Félicia.djvu/38

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


d’une vivacité tendre ; en un mot, la femme de Sylvino, l’un des plus beaux cavaliers de Paris, était impardonnable de lui faire infidélité pour un Béatin ; mais bien traiter Lambert, c’était toute autre chose. Il devait prétendre à triompher des bégueules les plus austères et les plus froides. Pouvait-il manquer d’intéresser enfin l’inflammable Sylvina ?

On ne me renvoyait pas encore pour lui ; mais je m’esquivais à dessein. Plusieurs fois ma tante m’avait rappelée ; cependant elle se fit à mes absences. Je la voyais s’humaniser par degrés avec Lambert, plus délicat, mais non moins empressé que le directeur. De jour en jour les situations devenaient plus instructives, et j’aurais fait en peu de temps un cours complet sans la fantaisie qu’eut tout à coup Sylvina d’abandonner son théâtre ordinaire pour aller représenter dans un petit cabinet, dont son ami venait de lui faire une espèce de boudoir. Ce déplacement me fit perdre ce qui manquait à mon instruction. J’essayai vainement de voir mes gens dans leur nouveau réduit : j’en fus inconsolable.

Cependant, depuis qu’au lieu de porte-soutane, nous avions sans cesse avec nous l’amusant Lambert, ma tante n’était plus la même. Elle se coiffait, se parait ; sa physionomie n’était plus sombre, elle avait recouvré son enjouement. Nous n’entendions plus autant de messes ; bientôt nous nous en passâmes tout à fait. Nous recherchâmes les connaissances négligées ; il en coûta bien des mensonges. Il fallut supposer des indispositions continuelles : demandez à ma nièce ; et je protestai avec beaucoup d’effronterie que ma tante avait été très malade. On le croyait ou non. Mais maintenant, on reçoit les justifications, pour peu qu’elles vaillent, avec beaucoup d’indulgence. Il n’est plus d’usage qu’on se brouille avec les gens parce qu’il leur a plu de vivre quelque temps séparés de la société.

Sylvino revint : tout alla le mieux du monde. Lambert fut l’ami de la maison. Ma tante n’avait jamais été d’aussi belle humeur ni d’un commerce aussi facile.