Page:Nerval - Aurélia, Lachenal & Ritter, 1985.djvu/164

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


raison me trouvera sans réponse, une confidence me trouvera résigné. Je vous aime autrement que les autres, moi. C’est votre âme que j’aime avant tout. J’ai eu des raisons pour espérer d’y avoir fait un peu d’impression et peut-être, en vous consultant bien, la reconnaîtrez-vous plus profonde qu’il ne vous semble. Si cela n’était pas, il faudrait désespérer de la puissance de l’âme humaine et de la bonté de Dieu !